Road Trip

Il est étrange parfois de constater à quel point il peut sembler difficile de faire nos deuils… Des personnes qu’on a aimées et qui sont parties. De notre vie qui en chemin, s’est montrée différente de ce qu’on s’en était imaginé à 15 ou 20 ans. Des anciennes amours qui sont parties au vent telles des feuilles mortes à l’automne…

De la personne que nous avons été. De celle que nous n’avons pas pu ou su être.

Avant tous ces deuils…

Vendredi dernier, jour de mon anniversaire, j’ai eu l’impression de faire un saut dans le passé alors que deux personnes sont réapparues dans mon paysage. Une ancienne amie de qui je n’avais pas eu de nouvelles depuis environ quinze ans…

Puis mon premier amoureux.

Que je n’avais pas revu depuis bien près de vingt ans lui aussi… Et qui sous l’impulsion du moment ou de je ne sais quelle inspiration impromptue, a eu soudainement envie de me souhaiter bon anniversaire !

Bien sur, j’ai eu de ses nouvelles au fil des années par l’une ou l’autre de nos connaissances communes. J’ai su qu’il avait eu un petit garçon. Qu’il avait changé de domaine d’emploi en cours de route. Qu’il ne m’avait pas oubliée (il me l’avait d’ailleurs écrit il y a environ une quinzaine d’années !)

Honnêtement, j’ai longtemps douté qu’il ait été à ce point touché par notre relation au point d’être incapable de passer à autre chose ! Jusqu’à ce que l’an passé, je discute par courriel avec sa mère qui était demeurée en contact avec une autre de mes amies d’adolescence… Qui elle sortait avec le frère à l’époque…

De fil en aiguille, n’est-ce pas l’expression toute indiquée ?

Elle aussi m’a avoué qu’il ne m’avait pas oubliée.

Pour ma part, j’ai souvenir d’un premier amour qui n’a pas été pour moi inoubliable. Non pas que l’amoureux ait été à ce point détestable que je doive lui vouer de mauvais sentiments jusqu’à la fin des temps !

Juste le fait bien banal de cartes routières qui ne semblaient pas mener au même endroit… Du sentiment que j’avais alors qu’avec lui, je serais constamment tirée vers l’arrière. Alors que j’avais si incroyablement besoin de courir vers «l’avant» ! Vers cette vie que je souhaitais plus que tout, avec un mari, des enfants, des voyages. Et de beaux projets qui m’auraient fait me sentir invincible…

Je regarde notre histoire comme à travers les lunettes du temps et je n’arrive pas à voir cette époque comme autre chose qu’un amour de jeunesse qu’on est heureux d’avoir dans son rétroviseur….

Mais pas dans son champs de vision.

Parce que ce faisant, c’est toute cette route parcourue, de la fille que j’étais alors à la femme que je suis devenue depuis, au prix de larmes, de renoncements, de doutes,… qui m’apparaît clairement en tête.

Et surtout, l’évidence que je n’ai aucune envie de retourner au point de départ…mais plutôt le désir impérieux de continuer d’aller droit devant !

Et cela, peut-être que ça n’a pas de prix, comme le dit la célèbre pub !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

La vie qui tourne. Faites vos jeux, rien ne va plus !

Photo: IStockTout tourne autour de moi comme l'écrivain l'auteur Dany Laferrière dans l'un de ses livres...  Si lui parlait de tremblement de terre, j'ai pour ma part parfois cette impression que dans le grand mouvement de[...]

La route qui défile sous mes yeux et mes pensées qui se dispersent

Hier, en route vers le Nouveau-Brunswick, j'ai fait un arrêt à Québec pour voir l'exposition du Musée des Beaux-Arts, « Au pays de merveilles, les aventures surréalistes des femmes artistes au Mexique et aux États-Unis », portraits[...]

Le sommeil qui fuit et mon esprit qui vagabonde

J'ai l'esprit vide. Je cherche les mots que demain, peut-être...je chercherai encore...Car il est vrai que depuis trois jours, alors que je ne cesse de me dire que je devrais peut-être écrire - histoire de repartir[...]

Accepter de laisser une trace, quelle qu'elle soit

Photo: IStock« Comme de toute façon je ne comprends pas grand-chose, autant regarder le monde comme un spectacle» (Philippe Delerm, Écrire est une enfance)Je sais ! Cette citation de Philippe Delerm finissait ma dernière chronique[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.