Sables mouvants

Crédit photo: Fernan Carrière, Flickr (*)

J’écris alors que je semble muette.

Je ne suis pas ici parce que je suis ailleurs

Ces jours-ci – depuis quelques semaines devrais-je plutôt dire ! – je découvre à quel point écrire un livre est une expérience déroutante. Mais surtout, à quel point un livre peut avoir sa vie propre.

Au point de me donner l’impression par moment de me faire balader !

Bien sur, je n’ose pas trop parler de l’ évolution de «L’Homme nu»! Car d’une certaine façon, j’ai un peu peur de briser le charme. Et de voir s’envoler l’inspiration. Comme ces oiseaux qu’on observe de loin. Sans faire de bruit surtout. De peur qu’ils ne s’envolent…

Alors voilà ! Je semble muette comme une carpe. Mais la vérité c’est que j’écris.

Que je ne suis pas ici. Parce que je suis dans mon monde parallèle. Celui des mots qui se déposent puis s’envolent. Ceux que j’écris, que j’efface.  Ceux qui restent et à qui je dois tordre le cou pour les forcer à entrer dans ma vision. Avant de me résoudre à les laisser respirer. Et mener leur propre vie.

Et advienne que pourra !

«Je suis prête à te faire face

À te regarder enfin les yeux dans les yeux

À imaginer pouvoir, comme un artiste, me faire une couronne de nos nids de vipères

À accepter
Que tu aies été

Et qu’aujourd’hui, je sois

Tout en tentant de dénouer le Nous

Cela,

Sans savoir

Si eux le pourrons»

(- Extrait, L’Homme nu)

* Crédit photo: Fernan Carrière, Flickr et utilisée avec la permission de l’auteur.

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Des mots, des mots, et sans doute, quelques maux !

  Ces derniers jours, je me suis mise à relire l'ensemble de mes chroniques, ces textes que j'avais d'ailleurs rassemblés sous forme de livres. Une entreprise qui - je suis forcée de l'avouer -  m'a laissée[...]

Le sang des insoumises

  Ces jours-ci, je me sens un peu fiévreuse. Oh ! Aucun quelconque virus me guettant! Mais tout juste ce sentiment de n'écrire pas assez vite pour suivre les images qui défilent et s'enfilent dans ma tête.[...]

Écrire une oeuvre de fiction...le temps d'un MOOC

Les MOOCs, vous connaissez? Ces cours universitaires offerts en ligne à tous de façon massive... et gratuite? Comme je vous en avais parlé l'automne dernier, je suis moi-même tombée sous le charme de cette nouvelle tendance qui[...]

Métropolis Bleu: Rendez-vous avec les écrivains, l'écriture et la littérature

Chaque année au printemps, je me fais une fête d'assister à cet événement littéraire Montréalais qu'est le Métropolis Bleu! Et voilà que ces jours-ci, nous sommes en plein cœur de ce qui constitue presque la «mecque»[...]

Noircir des pages pour te conjuguer enfin, même au passé

Pourquoi est-ce que je te cherche de cette façon? Noircissant des pages et des pages comme on va sur une route que l'on saurait sans fin. Et surtout, comme si j'espérais ainsi finir par y voir ton[...]

2 commentaires sur “Sables mouvants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.