Sables mouvants

Crédit photo: Fernan Carrière, Flickr (*)

J’écris alors que je semble muette.

Je ne suis pas ici parce que je suis ailleurs

Ces jours-ci – depuis quelques semaines devrais-je plutôt dire ! – je découvre à quel point écrire un livre est une expérience déroutante. Mais surtout, à quel point un livre peut avoir sa vie propre.

Au point de me donner l’impression par moment de me faire balader !

Bien sur, je n’ose pas trop parler de l’ évolution de «L’Homme nu»! Car d’une certaine façon, j’ai un peu peur de briser le charme. Et de voir s’envoler l’inspiration. Comme ces oiseaux qu’on observe de loin. Sans faire de bruit surtout. De peur qu’ils ne s’envolent…

Alors voilà ! Je semble muette comme une carpe. Mais la vérité c’est que j’écris.

Que je ne suis pas ici. Parce que je suis dans mon monde parallèle. Celui des mots qui se déposent puis s’envolent. Ceux que j’écris, que j’efface.  Ceux qui restent et à qui je dois tordre le cou pour les forcer à entrer dans ma vision. Avant de me résoudre à les laisser respirer. Et mener leur propre vie.

Et advienne que pourra !

«Je suis prête à te faire face

À te regarder enfin les yeux dans les yeux

À imaginer pouvoir, comme un artiste, me faire une couronne de nos nids de vipères

À accepter
Que tu aies été

Et qu’aujourd’hui, je sois

Tout en tentant de dénouer le Nous

Cela,

Sans savoir

Si eux le pourrons»

(- Extrait, L’Homme nu)

* Crédit photo: Fernan Carrière, Flickr et utilisée avec la permission de l’auteur.

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Écrire pour se conjuguer au Je

Pourquoi écrire? Cette sempiternelle question, combien de fois me la suis-je posée ? Avant de laisser surgir ces mille et une réponses qui vont bien au-delà des friables «pour être lu», «s'exorciser», «raconter des histoires». Ou pour la[...]

Entre quatre murs

Étrange cette impression de vide qui plane ici. Un peu comme ces appartements désertés, une fois qu'on y a retiré les meubles...Et dans lesquels le bruit de nos pas est comme condamné à errer, tel[...]

Rendez-vous

  Ce matin, je me suis levée. Et avec ce sentiment d'avoir un rendez-vous, je me suis habillée, maquillée. Pleine de la conviction que ce matin, j'allais écrire. Enfin. Et je suis partie à sa rencontre. Mon[...]

Des mots, des mots, et sans doute, quelques maux !

  Ces derniers jours, je me suis mise à relire l'ensemble de mes chroniques, ces textes que j'avais d'ailleurs rassemblés sous forme de livres. Une entreprise qui - je suis forcée de l'avouer -  m'a laissée[...]

Des mots, des mots

Alors que le sort m'essore le port m'emporte. Sous le vent vantard ...le bord de ma robe se dérobe. Le temps, lui, tempère pendant que son fil se défile ...se disloque Puis s'envole.

2 commentaires sur “Sables mouvants

Répondre à Jane Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.