Sainte-Catherine ?

Photo: IStock

Aujourd’hui, en cette veille du 25 novembre, jour de la Sainte-Catherine, une chronique «out of the bleu» !

Car le saviez-vous ? Catherine d’Alexandrie aurait été, selon la légende, une martyre ayant subi le supplice de la roue à Alexandrie (des heures de plaisirs, je ne vous dis pas !).

C’était le 25 novembre 307.

Elle est ainsi devenue la patronne, notamment, des jeunes filles vierges. Et c’est ainsi que depuis le Moyen âge, les «Catherinettes» sont fêtées le 25 novembre, dans ce qui constitue néanmoins une tradition ayant pratiquement disparue de nos jours.

Au début du 20e siècle, les Anglaises invoquaient la sainte à peu
peu près en ces mots:

«Sainte Catherine, sainte Catherine, aide-moi. Et promets de ne pas me laisser mourir célibataire. Un mari, sainte Catherine, un bon, sainte Catherine; mais plutôt un que pas du tout.»

Peut-être est-ce là je l’imagine ce qui a foutu une trouille bleue à ma mère qui, voulant sans doute être certaine de conjurer le sort, s’est mariée trois fois 😉 Mais ce n’est ici que pure spéculation, bien sur !

Blague à part, une Catherinette (ou Catherine) est une jeune femme célibataire, âgée de 25 ans ou plus. La tradition voulait qu’une Catherinette habille et coiffe la statue de Sainte Catherine le 25 novembre. La coiffe de la statue était par ailleurs changée chaque année.

Au Québec, on attribue à Marguerite Bourgeois (XVIIe siècle) l’invention de la tire Sainte-Catherine, sucrerie destinée aux enfants, et que je me souviens avoir dégutées lorque j’étais plus jeune. Il fallait voir alors l’ardeur de ma mère et de ses soeurs a étirer cette tire….

L’expérience vous dit ? Voici la recette de cette fameuse tire Sainte-Catherine 😉

2 tasses de cassonade blonde
1/2 tasse d’eau
1 c. à soupe de sirop de maïs
1 tasse de mélasse
1/2 tasse de beurre doux
Un thermomètre à bonbon.

Il faut d’abord faire cuire le mélange jusqu’à ce que sa température atteigne 260º F.

Pour vérifier la texture, mettre une goutte du liquide bouillant dans un verre d’eau : si celle-ci forme une boule, ça y est : c’est prêt.

Étendre la tire dans une lèchefrite beurrée et la laisser refroidir de façon à pouvoir l’étirer sans se brûler. Et étirer, vous le ferez avec des mains que vous aurez préalablement beurrées jusqu’à ce qu’elle atteigne la blondeur désirée (la tire, pas les mains, vous l’aurez deviné ! 😉

Couper et mettre en papillotes.

Succès assuré !

Bonne journée 😉

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

10 (autres) choses qu’on ne fait plus de nos jours

Ce billet que j'ai mis en ligne il y a quelques semaines vous a fait sourire ? Voilà que j'ai pensé revenir à la charge avec dix autres choses qu'on ne fait plus de nos[...]

Retour aux vraies affaires

  Plus que trois paies avant Noël ! Vous l’avez sans doute déjà entendue cette petite phrase en apparence banale. Mais qui chaque fois que je l’entends, à immanquablement pour effet…de me stresser ! Si je vous[...]

Histoire de...s'en souvenir

Novembre, on a beau dire, ça rime toujours un peu avec grisaille, déprime et...envie de s'exiler ! N'est-ce pas le mois des morts après tout ? Mais voilà, c'est aussi, à chaque année au même moment, cette période[...]

Négociation serrée un 29 février

Les anémones sauvages (c) 2010 Pierre-Alain Bourquin, PABVision.com Une fois tous les 4 ans, le calendrier nous fait cadeau d’une journée supplémentaire…Mais saviez-vous que selon la tradition, le 29 février les femmes peuvent se permettre toutes[...]

2 commentaires sur “Sainte-Catherine ?

  1. Tout à fait d'accord avec toi ! Les traditions, je pense, c'est ce qui crée un lien entre les générations et ça contribue à se comprendre. Dommage en effet que cela se perde.

    Merci de ton passage !

    Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.