Sans titre et sans filtre ou l’amitié à l’ère de Tinder

Crédit: Pexels

Mon petit bonheur le dimanche matin, c’est immanquablement chaque fois le même. Celui de m’asseoir avec le journal sur ma tablette. Sans soucis du temps que je mettrai à faire le tour de ce qui aura l’art de susciter mon intérêt.

Ou de piquer ma curiosité.

Cela après m’être préparé un bon latté bien sur!

Et ce matin, je suis tombée sur cet article de LaPresse+ dans lequel on raconte qu’en cette ère ou il existe vraisemblablement des applications pour tout, il y en aurait désormais même une pour trouver.. des amis !

Comment s’en étonner lorsqu’on réalise qu’aujourd’hui en effet, il existe de ces applications qui nous promettent absolument tout ! De nous trouver un mari comme un amant, un resto tout aussi bien que notre route. Les meilleurs sushis de la ville. Ou encore, les prix de billets d’avion les plus avantageux.

Et je ne parle même pas ici des applications les plus insolites (et pathétiques?). Celle par exemple qui vous promet de faire une sieste au boulot…sans vous faire repérer. Et oui, oui, ça existe ! Ou pire, celle-ci, appelée Fake An Excuse, qui vous permet de trouver des excuses pour raccrocher la ligne lors d’un appel téléphonique interminable…

Car au chapitre des applications les plus insolites, la liste est, contre toute logique, sans fin ! Elle aussi !

Bref ! Si j’ai d’abord été un peu surprise – et un peu découragée, je l’avoue! – de découvrir que l’on pouvait aujourd’hui trouver des amis sur Bumbble, une application cousine de Tinder, je me suis rapidement ravisée.

Je n’ai pu en effet m’empêcher de me faire cette réflexion que c’est malheureusement bien vrai que la venue des enfants, de la quarantaine, des obligations « d’adultes », ça rimait trop souvent, et un peu inexplicablement, avec un certain rétrécissement du cercle social. Cela dans une période de notre vie ou l’on ne peut faire autrement que de se dire que décidément, la vie va beaucoup trop vite. Que les weekends sont décidément trop courts.  Et que 24 heures par jour, ce sont des grains de sable dans notre monde moderne hyper connecté.

Mais dans lequel, un peu paradoxalement, nous nous sentons trop souvent…déconnectés les uns des autres.

Re-Bref !

J’ai repensé à mes années d’Université au cours desquelles tout semblait si simple pour se faire des amis. Un simple sourire à côté de la machine à café et c’était réglé! Pour la session. Ou pour la vie ! La question de la durée ne semblant alors n’être d’aucune utilité dans le processus.

Mais surtout, pas de questionnements stériles du genre mais que va-t-elle penser ? De quoi aurais-je l’air ? Va-t-il penser que je veux le séduire ?

Une bien triste réalité, je trouve, qui fait en sorte qu’on est bien souvent plus à l’aise de discuter avec de purs étrangers derrière son clavier. Mais que nous n’oseront jamais aborder cette personne qui nous fait un sourire chaque fois qu’on la croise. Et à qui on sert alors notre face de « Mais que me veut-il celui-là? »

Alors ? Des applications pour du n’importe quoi ? Non merci !

Pour trouver des amis qui aiment comme moi lire, voyager, réinventer le monde ?

N’importe quand quant à moi !

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Monde parallèle

Mon fils qui regarde les olympiques à la télé -Fiston: « Wow ! Papa manque vraiment quelque chose ! Je pense qu’il aimerait vraiment ça voir la gymnaste ! » - Moi: « Hum…Je ne doute pas que papa aimerait[...]

Dans la catégorie #OuiMaisNonMerci!

Parfois, en parcourant le web, je suis légèrement perplexe face à tout ce qu'on tente de nous faire croire ! Dans le genre #C'estDuN'importeQuoi ! Ce matin par exemple, dans Le Figaro, section Madame, cet article dans[...]

La science de l'amour et du hasard calculé

Parfois, en tombant sur certains articles, je suis partagée entre le découragement et le scepticisme le plus profond! Ce matin, en découvrant cet article de l'Express qui raconte qu'en Espagne, on vient d'ouvrir la toute première École[...]

L’index Schick ou lorsque une entreprise décide de se mêler de nos choix en matière de petites culottes

Les culottes de grand-mère sont-elles responsables de la chute de vigueur du dollars canadien ? Voilà autre chose maintenant ! C’est en effet la très «sérieuse» question au coeur de cette  nouvelle diffusée hier par l’entreprise Schick Hydro[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*