Sens ?

Décidément, nous pourrions nous croire dans un spécial livre cette semaine, n’est-ce pas ?

Ainsi, vous ai-je parlé récemment des magnifiques livres de la photographe Isabelle Clément qui dans une quête photographique, était partie à la recherche de témoignages sur le thème «La vie est belle !». Je suis présentement – littéralement – plongée dans son livre précédent, qui lui, était pour sa part en quête du sens de la vie et dont le titre était justement « Le sens de la vie ?»

Je dois dire que ce livre, à ce moment-ci de ma vie, trouve ainsi une résonnance toute particulière…

Car en prenant connaissance des infos, en nous regardant tous vivre, mais aussi, en voyant la misère du monde, une question m’obsède particulièrement depuis quelques temps…

Mais quel est le sens de tout celà ?

Un passage du livre d’Isabelle Clément m’a par conséquent tout particulièrement chavirée ce matin, alors que j’étais dans le train… En voici un extrait, sous les mots du romancier Guillaume Vigneault qui y parle du sens de la vie, pour lui…

«Je préfère m’arrêter au sens d’une journée, au sens d’un éclat de rire, au sens d’un regard. Mais aussi, au sens d’une perte, d’une mauvaise chute dans l’escalier glacé, d’une engueulade. Je m’efforce de voir ces sens-là d’abord, de les enfiler un à un, patiemment, comme peut-être des coquillages qu’on enfile sur une ficelle pour se faire un collier. Mon sens de la vie à moi, c’est un peu ça : une breloque confectionnée par le hasard. Et par moi aussi, un peu, car il faut bien se pencher pour les ramasser ces trucs là qui traînent dans le sable(…) Je ne verrai jamais la breloque en entier, achevée, prête à être nouée à un poignet, à une cheville. Je vais bien l’échapper en cours de route. On l’échappe tous un jour ou l’autre. Je n’en apprécierai jamais pleinement l’harmonie échevelée ou la triste insignifiance. Ce qu’il advient de la breloque après nous, franchement, ce n’est pas de nos affaires. Peut-être qu’il n’en advient rien, que la mer ravale ses coquillages en toute indifférence. Je préfère croire que non. Parce que, pendant que certains cherchaient des trésors de flibustiers, mois j’ai trouvé des coquillages» (Extrait d’un texte de Guillaume Vigneault, «Le sens de la vie ?», Une quête photographique de Isabelle Clément, Fidès, 2006)

N’est-ce pas que ce tout petit passage porte en lui tous les sens du monde ? C’est ce qu’il m’a semblé à moi !

Surtout au moment ou alors que je me questionne depuis des mois sur le sens à donner à ma vie, une évidence semble en train de se former dans ma tête. Une évidence qui pourrait bien m’amener … à plonger enfin…

Et de décider de donner un coup de barre à mon navire…

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Et si on dansait ?

Je ne vous ai jamais raconté je pense mes premiers cours de danse ? Non bien sur ! Car comme vous le verrez, l'expérience fut assez loin en fait du genre d'expérience qu'on se plait[...]

Lorsque les vagues emportent tout

Photo prise par mon amie Valérie, en vacances dans le MaineJ'ai déjà lu un très beau passage d'un livre de philosophie bouddhiste dans lequel l'auteure, parlant de la vie, disait à peu près ceci. Nous[...]

10 petites surprises

On le sait, l'amour qui dure, c'est beaucoup de travail ! Surtout quand la routine du quotidien vient y mettre son grain de sel... Difficile de demeurer unis, en tant que couple, alors que nous n'avons[...]

Clin-d'oeil

Il y a, je pense, des indices qui parfois, vous donnent à croire que vous êtes irrémédiablement en train de traverser de l'autre côté, vos parents devenant comme vos enfants... Pour moi, c'est arrivé hier[...]

L’incommensurable nécessité des petits moments sans importance

Avez-vous commencé à réfléchir à vos résolutions pour cette nouvelle année qui viendra clore rien de moins qu’une décennie et en inaugurer une nouvelle ?Moi pas !Évidemment, j’ai bien quelques idées sur la question. Néanmoins,[...]

3 commentaires sur “Sens ?

  1. Wow… J'adore ce passage ! Tu sais, la raison principale pour laquelle je ne veux jamais faire 2 bijoux identiques, c'est que je tiens à ce qu'ils soient uniques, tout comme chacun d'entre nous ! J'aime beaucoup la comparaison que fait l'auteur. La créatrice en moi mais aussi la femme en moi, en quête d'un sens à sa vie, elle aussi. La quarantaine, peut être ? Les petites perles depuis 1 an me donnent un nouveau souffle… et je suis convaincue que lorsque je me mettrai à l'oeuvre pour créer mon prochain bijou, ces petites perles auront encore plus d'importance à mes yeux ! Merci d'avoir partagé ce passage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.