Taleur et Pamoi

Pixabay

On parle de plus en plus dans les médias de l’écriture inclusive. Vous savez ! Cette « invention » moderne qui serait rien de moins que l’équivalent d’un « péril mortel » si on devait en croire l’Académie française. Les membres de cette « élite » ne pouvant se résigner à accepter le fait bien banal que les femmes représentent environ la moitié de l’humanité.

Et que par conséquent, on est bien loin du scandale en imaginant pouvoir « dire » cette réalité. 

Mais, il m’arrive de me dire que ce sont peut-être mes multiples statuts qui m’amènent à imaginer que des mondes parallèles puissent co-exister dans l’univers. Même ceux que je ne savais pas nommer jusque-là. Et dont sans doute, j’ignorerais l’existence si je n’avais eu le bonheur de devenir mère en même temps que d’être un jour née québécoise.

Car, je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, depuis que je suis devenue mère il y a onze ans déjà, il y a bien longtemps que je me suis résignée devant l’émergence d’un nouveau vocabulaire. Du genre que je n’avais jamais imaginé entendre, encore moins comprendre, avant de passer du statut de jeune femme à celui d’épouse. Puis de mère.

Mais attendez que je vous explique ! Car il n’y a rien de plus « parlant » sans doute qu’une immersion dans ce « monde parallèle linguistique » dont je vous parle.

Ainsi, si j’avais à créer un cours de langue destiné aux parents, la première leçon serait sans doute celle-ci. Soit d’expliciter au moyens de nombreux exemples concrets la sémantique des mots « taleur » et « pamoi »

Vous ne les avez jamais entendus?

Sachez d’office que ceux-ci sont définitivement à connotation familiale et servent habituellement aux échanges parents-enfants (et par parents, ici le féminin l’emporte définitivement, qu’on se le dise!)

  • « Peux-tu ramasser ta chambre »        – Taleur
  • « As-tu ramassé tes jouets? »            – Taleur
  • « Peux-tu venir finir tes devoirs?   – Taleur

Vous voyez ? Le mot « taleur » étant véritablement un fourre-tout susceptible de répondre à une quantité infinie de questions dont vous ignorez sans doute l’ampleur si vous n’êtes pas encore parent! Et le « taleur », vous l’aurez compris, ne se conjugue en aucun temps, le moment de son exécution étant par définition …indéfinie !

Du grand art linguistique, n’en doutez jamais!

Dans un autre ordre d’idées, vous entendrez peut-être un jour le mot « pamoi ». Celui-ci, vous l’entendrez notamment lorsque vous chercherez le coupable et/ou le responsable d’un méfait domestique dans la maison.

  • « Qui a vidé le sac de lait sans le remplir?   – Pamoi
  • « Qui a laissé traîner son assiette sale sur le comptoir? »   – Pamoi
  • « Qui a mangé la bûche de Noël au congélateur, par petites tranches en espérant que personne ne s’en rende compte? (expérience réelle ici, vous l’aurez deviné!)  – Pamoi (évidemment!)

Bref! Vous aurez compris! Ce n’est jamais personne ! Au point ou vous en viendrez à vous dire que décidément, les lutins doivent bien exister puisqu’ils ont visiblement le dos large dès le 15 novembre de chaque année.

Ou bien, est-ce plutôt les fantômes le reste du temps !

Qu’importe n’est-ce pas?

Pamoi!

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

La mère a mal...et autres considérations

  Dans sa dernière édition, le magazine québécois Châtelaine donne la parole à une journaliste et blogueuse, Maude Goyer (du blogue Maman 24/7) qui dans la section Tribune libre, signe un article dans lequel elle raconte[...]

Se pourrait-il que nous soyons devenus des parents obsédés de présence ?

Crédit: Photo-libre.frVendredi dernier, alors que dans ma vie c'était le chaos, ma cousine donnait le jour à une magnifique petite fille qu'elle et son conjoint ont prénommée Béatrice. Comme quoi, même un vendredi 13, de belles[...]

Les bienfaits du calendrier de l'Avent... presque de la magie!

Je ne sais pas pour vous mais de mon côté, une fois le cap du 1er décembre passé, j'ai comme soudainement ce sentiment que Noël est à nos porte. Et avec lui, cette évidence que c'est[...]

Le chaînon manquant

Je suis forcée de l'avouer: c'est la disette côté inspiration ces jours ci ! Ce qui ne m'a pas empêchée de sourire ce matin, en tombant sur cet article du journal Web Le journal des Femmes,[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*