Traité culinaire à l’usage des femmes tristes – de l’art de jouer du regard

Pixabay

C’est probablement un secret de Polichinelle que ma bibliothèque regorge de livres aux titres les plus improbables, sur les sujets les plus contradictoires. La vérité c’est que j’aime les livres et que je suis curieuse de tout.

Néanmoins, s’il existe un grand classique dans ma bibliothèque, c’est bien ce livre du Colombien Héctor Abad Faciolince qui dans son « Traité culinaire à l’usage des femmes tristes« , nous livre ses secrets pour faire face à notre époque qui carbure à la course, souvent épuisante, au bonheur. Et cela, avec un humour auquel je vous mets au défi de résister!

Ici, un extrait dans lequel on parle de l’art de jouer du regard…

***

« Peu de femmes ignorent l’art des yeux: j’ai nommé le regard. Soit elles l’apprennent en regardant, soit elles le possédaient déjà dans le ventre de leur mère et le maîtrisaient à la naissance. Pour l’éclat du regard, voici une recette d’une efficacité probable et d’une nocivité improbable. Il s’agit de se rincer les yeux avec une solution de deux pincées de sel par litre d’eau bouillie. Je sais, c’est une chose tellement simple que tu vas la trouver magique. La simplicité inspire la méfiance: c’est la raison pour laquelle sorciers, guérisseurs et médecins passent leur temps à inventer des formules et des conjurations plutôt redondantes: personne ne croit à la simplicité.

Lave-toi donc les yeux comme je l’ai dit, et prononce en même temps cette incantation mystérieuse: Chatoyant orgueil, chatoyant chevreuil, baille-moi la lumière de l’oeil!

Plus nettes seront les couleurs de ton iris, plus transparente ta cornée, plus libres tes cils, plus blanc le blanc qui cerne le prisme le plus brillant de ton cristallin. Ton regard en sera tant illuminé que ceux qui apercevront tes pupilles l’espace d’un instant n’auront plus qu’à papilloter des paupières de saisissement. »

(Héctor Abad Faciolince, « Traité culinaire à l’usage des femmes tristes« , pages 21-22)

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

À trop en faire

Je ne sais pas pour vous - ni même d'ailleurs si cela est caractéristique de la période des fêtes ! - mais il me semble être toujours à court de temps.  Pas vous ?  Entre[...]

Petit retour en arrière

Photo: IStock Alors qu'était soulignée la semaine dernière la Journée de la Femme un peu partout dans le monde, une lectrice m'a fait parvenir (Merci Marjo !) un document dans lequel nous retrouvions divers extraits de[...]

À la mode le féminisme ?

Ces derniers mois, comme pour tenter de trouver un certain équilibre dans un quotidien qui trop souvent me donne le tournis, j'ai entrepris de tenter ce qui en théorie relève de l'impossible: «créer du temps» dans[...]

« La liberté n'est pas une marque de yogourt » (P. Falardeau)

Et si au lieu de faire « plus », on faisait « mieux » ! Je repensais à ma chronique d'hier et je me disais que, bien sur il y aura toujours des « Cardinal Ouellet » qui, bien que n'ayant jamais[...]

Mal de mère: Le Top 3 de mes coups de cœur littéraires dédiés à la mère, 3 de 3

En cette journée de la fête des mères, nous voici donc avec ce troisième volet de mes coups de cœur littéraires portant sur le thème de la mère. Celui-ci ne se prétendant scientifique d'aucune façon ! Car clairement,[...]