Trop ou pas assez

Crédit: Photo-libre.fr

Trop.

Y-a-t-il terme plus péjoratif que celui-là? Un tout petit mot de tout juste quatre lettres qui porte pourtant en lui, un peu paradoxalement, tous les excès du monde…

En y réfléchissant bien, je me dis parfois que j’ai passé ma vie à être « trop »

Un peu « trop » ronde alors que jeune fille, puis ado, j’avais cette impression de porter un corps qui n’était pas la parfaite représentation de ce qu’il aurait dû être : long et mince, comme celui de mes amies… Ou mieux encore, comme celui que les magazines nous vendent comme s’il était la norme alors que, je le sais bien, seulement 4% de l’humanité peut se targuer d’y correspondre…

Un peu « trop » gauche, alors que j’avais l’impression de ne jamais être comme tout monde.

Avec une vie « trop » échevelée au sein d’une famille légèrement (parfois « trop »!) perturbée et dysfonctionnelle…

Puis en vieillissant, j’ai dû me rendre à l’évidence que j’étais« trop » émotive, « trop » impliquée dans mes relations amoureuses, « trop » ceci, « trop » cela…. Et je ne parle même pas de toutes ces années ou – j’en étais convaincue- je finirais très certainement « vieille fille » tant j’avais l’impression que je n’allais jamais rencontrer l’homme qui me convenait.

Seule femme au monde à n’avoir pas d’amoureux…

Et cela en dépit du fait, si je devais en croire le proverbe, que dans la vie, chaque chausson finisse par trouver sa chaussette…

Et Dieu seul sait à quel point je pouvais ressentir comme une agression de me faire dire à l’époque que je voulais tout simplement « trop »!

– « Ça arrivera quand tu t’y attendras le moins » me disait-on! «Tu veux trop!»

Comment peut-on trop vouloir ? avais-je alors envie de crier !

Grrr! Je vous laisse deviner que je devenais alors un peu « trop » agressive en entendant cette phrase qui résonnait un peu «trop» à mes oreilles comme cette confirmation que jamais je ne serais correcte.

Ou à tout le moins, juste assez.

*****

Nous vivons dans une société, j’en ai souvent l’impression, dans laquelle paradoxalement, nous ne sommes jamais «assez».

Jamais assez vites, assez rapides, assez informés, d’assez bonnes mères, assez bonne employées, assez disponibles, organisées, minces, tolérantes, patientes, indulgentes, et j’en passe…

Et comprenez-moi bien ! Je dis tout cela au féminin parce que je suis une femme ! Mais ça se conjugue tout autant au masculin ces affaires-là!

Bref, je me demande… Comment peut-on à la fois être trop et pas assez?

Aussi, je me prends parfois à rêver d’un monde dans lequel «trop» et «pas assez» seraient purement et simplement rayés du vocabulaire !!

On peut toujours rêver n’est-ce pas ?

N’empêche ! C’est la planète au grand complet qui s’arrêterait peut-être ainsi de tourner ! Qui y aurait-il alors, en effet, pour acheter tous ces guides et manuels nous promettant de trouver le bonheur en dix leçons!!

Un bon mardi à chacun de vous ! Un mardi parfait !

Et surtout,  juste assez !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Coq-à-l'âme (ou mes pensées en galère!)

Comme bien souvent au cours de mes lectures, celle du dernier Nancy Huston (Bad Girl) suscite ces jours-ci plein de belles réflexions en  moi. Des pensées sans lien les unes avec les autres.  Un peu comme[...]

Des idées qui se dispersent...et des pièces qui se mettent en place

Mon Dieu que le temps file, c'est ce que je me suis dit ce matin, en réalisant que je n'avais pas écrit un mot depuis près d'une semaine ! Après cela, qui voudra croire que je[...]

Lorsque l'hiver arrive en conquérant

Ce matin, un décor de carte postale est arrivé en conquérant sur ma ville... D'une façon que je n'ai jamais su m'expliquer, je me suis toujours sentie écrasée par l'hiver. Toute cette neige qui nous emprisonne[...]

À l'abordage

« En 1995, j'ai pris un congé sabbatique. Pendant douze mois, mon activité essentielle a été de ne rien faire. Du point de vue spirituel, cette période a été le moment le plus fertile de ma[...]

2 commentaires sur “Trop ou pas assez

  1. Les « trop » des uns sont les « pas assez » des autres et inversement.
    Trop ne sera jamais assez.*
    C’est ma conclusion alors que demain me dira si je vais vivre…ou pas!
    🙂

    1. C’est bien vrai ! Le super des uns devient parfois le jamais assez des autres 🙂

      Comme quoi, il y en a sans doute pour tous les goûts et rien ne vaut de se prendre la tête !

      Bonne journée !

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.