Un 6 décembre sur la terre

Pixabay

Je me souviens d’un souper de fondue partagée, un certain soir de décembre de la fin des années quatre-vingts, par des jeunes femmes de tout juste vingt ans. Heureuses d’être passées au travers une session chargée. Déterminées surtout à célébrer avant que la vie les mène, chacune d’elles, sur des chemins différents.

Est-ce qu’il neigeait à l’extérieur en ce mercredi soir ? Je ne m’en souviens plus.

Mais je me souviendrai toujours toutefois du vin rouge prévu par l’une. Des quelques baguettes bien fraîches et craquantes qu’une autre s’était chargée d’apporter. Des quelques sauces à fondue devant servir à faire trempette, amenées par une autre. Et qu’une autre encore, s’était fort probablement chargée de l’un de ces desserts outrageusement décadents, que l’on goûte habituellement plus par gourmandise que par réel appétit. Déjà rassasié depuis bien longtemps, mais incapable de résister…

Je me souviens de l’excitation de ce moment partagé. Courte parenthèse entre nos vies d’étudiantes et nos futurs dont bien sûr, nous ignorions tout encore. 

Mais par-dessus tout, je me souviendrai toujours du goût étrangement métallique et aigre – mais l’était-il ou bien si c’est cette date qui en a coloré le souvenir à mon esprit? – de ce dessert pris en écoutant les infos en sourdine. Ces jeunes femmes de tout juste vingt ans parmi lesquelles j’étais alors, découvrant ensemble et au même moment qu’ailleurs, dans une Université de notre ville, quatorze jeune femmes, étudiantes comme nous, avaient été elles, dans la même soirée, tuées par un fou furieux incapable de se faire à l’idée de voir des femmes étudier – et dans son esprit perturbé – prendre la place des hommes. Déterminé à «mettre des bâtons dans les roues» de celles qu’il qualifiait alors de féministes et de «viragos»… Avant de retourner son arme contre lui-même.

Un événement qui, sans qu’on le sache encore, allait s’inscrire dans la mémoire collective comme étant la tragédie du 6 décembre. Et dont le souvenir, forcément, me revient à moi aussi en tête, chaque année depuis vingt-huit ans aujourd’hui.

Ce texte que je ne suis jamais parvenue à terminer, il est là dans le fond de mes tiroirs depuis.

Inachevé. Mais jamais oublié.

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Le temps qui file... et qui défile

Parfois je me dis que tout va de plus en plus rapidement. Qu'on fait de plus en plus de choses.  Cela toujours plus vite.  Et, un peu paradoxalement, en prenant de moins en moins le temps de le faire bien. On[...]

Le motif dans le tapis

Parfois, un peu comme le font ces autistes qui se mettent à ce concentrer intensément, et presque de façon obsessionnelle, sur un détail que d’aucun jugeraient sans importance, j’ai l’impression que la vie est pleine[...]

Encre et ancre

J'écris parce que c'est par l'encre sur le papier que je trouve la mienne. Mon ancre. Celle qui me donne l'illusion, une fraction de seconde, d'être en équilibre sur la corde raide du réel. J'écris, parfois tout bêtement, pour avoir le sentiment d'exister. Pour qu'en lisant[...]

Des bouts de papier et des mots égarés

J'ai longtemps peint comme j'écris aujourd'hui. Pour déverser le trop plein Ou encore, comme un cri. En silence et sans faire de bruit. Mon secret c'est que j'écris pour ne pas penser au néant Comme les enfants qui dans le noir Ferment les[...]