Un éloge de la folie…et l’envie d’en commettre quelques unes

L’un de mes plaisirs coupables est sans aucun doute de m’arrêter dans une librairie à la recherche de rien…et d’en ressortir avec ce que je cherchais, sans le savoir.

Si la chose peut sembler un paradoxe de prime abord, j’en viens quant à moi à penser que ces moments sont néanmoins parmi ces petites bulles de plaisirs qui telles des parenthèses dans le quotidien bien souvent trop chargé, me laissent avec cette impression d’être comme un enfant dans un magasin de jouets… 

C’est ainsi que lors de mon dernier passage en librairie en début de semaine, je suis tombée sous le charme d’un auteur que je ne connaissais pas jusque-là. Alberto Manguel, un argentin né à Buenos Aires en 1948, qui passa son enfance en Israël. Et qui apprit l’anglais et l’allemand avec une nurse tchèque. Avant de passer son adolescence en Argentine ou il devint notamment l’ami de l’écrivain Lui Borges, aveugle, à qui il fit la lecture pendant deux ans. Et puis de se poser au Canada, en Angleterre, en Italie, en Allemagne,… Un intarissable amoureux des livres qui vit depuis 2001 dans le Poitou en France et qui avoue posséder une bibliothèque de quelque…30,000 livres qu’il conserve dans une grange reconvertie en bibliothèque ! 

Et justement, ce dernier livre que j’ai maintenant en mains « Nouvel éloge de la folie, Essais édits & inédits » porte justement sur cette fureur de lire qui nous caractérise en tant qu’humain, une espèce cherchant continuellement à trouver un sens, un récit dans toute chose…

«Je crois que nous sommes, dans l’âme, des animaux lecteurs et que l’art de lire, au sens le plus large, définit notre espèce. Nous venons au monde avides de découvrir un récit en toute chose: paysage, cieux, visages d’autrui et, bien entendu, dans les images et les mots que crée notre espèce. […] Les mots nous disent ce que nous, en tant que société, croyons qu’est le monde.» (-Alberto Manguel, Nouvel éloge de la folie)

Aussi, un peu à la façon d’Alice au pays des merveilles, il nous convie ici à rien de moins qu’un voyage au cœur des livres qu’il connaît si bien et auxquels il voue une passion que rien ne pourrait altérer… Un livre dans lequel il s’attarde notamment sur l’acte d’écrire, sur l’inspiration et sur le pouvoir des mots.

« Alberto Manguel doute qu’un écrit, si brillant soit-il, puisse avoir une incidence sur l’évolution du sida en Afrique du Sud – ou sur n’importe quelle autre réalité, liée ou non à la folie des hommes –, mais il reste persuadé que la plus modeste des pages a une chance d’offrir, à son lecteur secret et choisi, une lueur de bonheur, un appel aux armes ou une possibilité de sagesse: «Entre le vide de la page blanche et l’autorité des lettres noires, il est un espace, un instant, une couleur éphémères où écrivain et lecteur peuvent l’un et l’autre trouver une illumination avant que le sens ne soit consumé par les flammes.» (Le Jeudi)

Ainsi, ce livre dans lequel je trouve tellement de plaisir ces jours ci m’a donné cette envie de vous lancer un défi! Et si vous courriez vous aussi en librairie ? Que vous aussi vous jetiez sur ce livre comme sur la promesse de trouver le Saint-Graäl ? (j’exagère un peu mais tout de même !) Et si nous en parlions, au cours des semaines qui viennent ?

Dans le genre café littéraire virtuel…

Ce serait sympa non ?

Chose certaine, moi, je risque fort de vous en reparler !

*********************

Un petit mot en terminant pour vous dire merci d’être aussi fidèles et de partager mon blogue avec vos proches !

Août n’est pas terminé (pas encore !) que déjà, mon blogue a fracassé ce mois-ci tous les records de fréquentation de ses trois années d’existence!  

En effet, lorsque j’ai commencé à écrire ici, en juillet 2009, j’étais bien loin de me douter que mon salon contiendrait autant de monde, trois ans plus tard ! Assurément, Madame de La Fayette en serait sans aucun doute verte de jalousie !!

Alors ? On remet ça ?

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Les faire taire, Ronan Farrow

Ce livre, j'avais tellement hâte de le lire! Parce qu'au delà de l'enquête journalistique qui a tout du triller policier, cette histoire est incroyablement collée à l'actualité. Cela alors que se tient justement à New-York[...]

Le jour ou j'ai appris à vivre, Laurent Gounelle

«Si chacun était conscient de l'immense valeur qui est la sienne, c'est toute la face du monde qui serait changée. Mais l'on vit dans une société où l'on dit rarement aux gens le bien que[...]

Sorcières, la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet

«Inutile d'adhérer à WITCH. Si vous êtes une femme et que vous osez regarder à l'intérieur de vous-même, alors vous êtes une sorcière.» (-Manifeste de WITCH (Women's International Terrorist Conspiracy from Hell), New-York, 1968) Je ne[...]

À toi qui n'est pas encore né, Jacques Jacquard

Parfois, se promener sans but dans une bibliothèque, cela permet de belles découvertes. Comme celle que j'ai fait ces jours derniers en tombant sur un livre sorti il y a quelques années (2000), et dont je[...]

Les plaisirs hivernaux ne sont pas toujours ceux que l'on pense...

Trouvez-vous comme moi que janvier, avec ses gros flocons, donne envie de se blottir confortablement dans sa doudou avec un bon livre ?    Ou d'aller voir un bon film au cinéma ? Moi si ! En ce[...]

6 commentaires sur “Un éloge de la folie…et l’envie d’en commettre quelques unes

  1. Je suis très heureuse d'apprendre qu'il y a une augmentation de la fréquentation de ton blogue! Tout comme moi je suis certaine qu'ils y feront des belles découvertes.Bonne continuité Marie Et merci!

  2. Bonjour Marie,

    Toutes mes félicitations pour l'augmentation des lecteurs et lectrices de ton blogue.

    Tu as fracassé les records ce mois-ci ? Mais c'est l'été des Olympiques, n'est-ce pas ? Tu as décroché la médaille d'or, rien de moins.

    Continue à nous partager tes billets tellement intéressants et instructifs et merci de le faire avec tant de générosité.

    Bonne journée,

    Marjo

    P.S. Bonne journée d'écriture mardi… !

    1. Merci à toi Marjo !!! Je compte bien profiter de cette journée de congé pour bien mettre sur les rails mon livre ! J'ai accumulé plein d'idées notées à droite et à gauche. Je vais mettre tout ça en forme. Je suis impatiente que ça prenne forme !

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.