Une histoire qui s’écrit

Lors de la rencontre à laquelle j’ai assisté vendredi dernier avec les auteurs Alexandre Jardin, Eric Fotorino et Philippe Forest, une question fort intéressante à été soulevée. Ainsi, la recherche de vérité familiale peut-elle mener à autre chose que du roman ?

Car dès lors qu’on se met à raconter notre histoire, il peut sembler inévitable que nous « devenions» du coup cette histoire…

Mais peut-être que paradoxalement, de mettre la hache dans son histoire, d’en dynamiter la notion de « vérité » familiale, celle qu’on répète d’une génération à l’autre, jusqu’à en faire un laïus d’où toute vérité est paradoxalement exclue… peut-être que c’est au fond ce qui nous permet de demeurer vivant ? Et d’éviter de mourir étouffé avec tous ces non-dits pris au plus profond de soi…

Si tel est le cas, si la recherche de la vérité mène forcément au romanesque, alors je vous dis moi que je ne suis pas prête de laisser tomber ma plume ! Et que tant que je vivrai, je saurai insuffler ma folie afin de l’amalgamer à celle des femmes qui m’ont précédées… Ma mère, ma grand-mère Jeanne, sa mère avant elle…

Et jusqu’à ce que quelqu’un d’autre après moi prenne ce relais – mon fils ? – je veux bien croire que j’aurai le dernier mot et que tout n’est pas encore joué….

Comme le disait Alexandre Jardin, nous ne sommes pas responsables de tout ce qui s’est produit dans le passé de notre histoire familiale mais on ne couvre pas. Nous ne sommes pas complices, voilà tout

Et « dire» parfois c’est la seule façon qu’on ait trouvé pour se distancier du « avant».

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Là ou le mystère s'épaissit

Lucienne, la toute jeune épouse de Dollard m’apparaît comme une totale énigme ! Née en 1908, on sait peu de choses d’elle sinon qu’elle épousa mon arrière-grand-père à St-Charles-de-Limoilou, en juillet 1923. Calqua-t-elle son humeur[...]

Au début...

C'est en janvier 1877 qu'est effectivement née Adeline , cette femme qui était destinée à devenir mon arrière-arrière grand-mère (ou plutôt de qui j'étais destinée à devenir l'arrière-arrière petite fille !). Le 11 juin 1894,[...]

Vivre en marge

Crédit: Photo-libre.fr Je racontais hier combien le fait que mon arrière-arrière-grand-père Édouard ait été atteint d'épilepsie avait du peser lourdement sur son destin...mais également, sur celui des siens.  Plus, probablement que tout ce que j'avais pu imaginer[...]

Fragments de réalité

Photo: PABvision.com Je sais ! Il n'aura sans doute échappé à personne que je parle peu de mon livre ces temps ci... Aussi, vous serez-vous même fait la réflexion que je me dérobe peut-être. Ou qu'à[...]

À la guerre comme à la guerre: un faux Paris pour leurrer l'ennemi

Ne trouvez-vous pas vous aussi qu'il est passionnant de fouiller dans l'histoire ? La petite tout comme celle avec un grand «H» ?  Pour tout ce qu'on y apprend tant sur ceux qui nous on précédés[...]



2 commentaires sur “Une histoire qui s’écrit

  1. Et « dire» parfois c'est la seule façon qu'on ait trouvé pour se distancier du « avant».

    Exactement. S'en distancier et s'en libérer aussi, je le crois profondément.

    Tu as vu Alexandre Jardin hier à TLMEP?

    Imagine, l'homme qui doit vivre avec l'héritage de son grand-père ; un homme qui a envoyé des milliers de personnes à une mort atroce?

    Nous ne sommes pas ce que les autres avant ont été avant nous. Et c'est une maudite bonne chose! 🙂

  2. Oui j'ai effectivement vu son entrevue que j'ai trouvée super intéressante. Je sais qu'il sera aussi à Christiane Charette cette semaine. Tout un changement de registre pour ses livres ! Je lui lève sincèrement mon chapeau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.