À toi qui n’est pas encore né, Jacques Jacquard

Parfois, se promener sans but dans une bibliothèque, cela permet de belles découvertes.

Comme celle que j’ai fait ces jours derniers en tombant sur un livre sorti il y a quelques années (2000), et dont je n’avais jamais entendu parler. Jusque-là. Et duquel, je me suis emparée illico presto parce que semblant tomber pile poil dans mes éternels questionnements sur la transmission…

D’abord généticien de formation, l’auteur, Albert Jacquart  n’a jamais cessé de se questionner sur ce qui se transmet d’une génération à un autre (tiens donc !) C’est ainsi qu’il a un jour décidé d’écrire ce livre, ‘À toi qui n’es pas encore né(e) », qui sous la forme d’une longue lettre, s’adresse à un arrière-petit-enfant qui serait éventuellement adolescent autour de 2025…  Un livre touchant dans lequel il s’offre une synthèse de ses questionnements, de ses engagements, convictions, craintes, espoirs. Sa formation teintant inévitablement le tout, il aborde dans le détour les questionnements liés à la cohabitation sur terre des huit milliards d’êtres humains que nous sommes, à la manipulation presque frénétique de notre génome humain, aux moyens de préserver la paix…

« Tu découvres cette lettre le jour de mon centième anniversaire. Entre l’été 1999 ou je l’ai écrite et l’instant où tu la lis, plus d’un quart de siècle s’est écoulé. Tout ce que je sais de toi est que tu es l’un de mes arrière-petits-enfants. Es-tu une fille, un garçon ? As-tu quinze ans, ou plus ? Je l’ignore. Mais cela ne change rien au désir que j’ai de parcourir à travers le temps, à trois générations de distance, le chemin qui me conduit à toi. »

Il conclue en disant :

« En m’adressant à toi, je t’ai donné existence. À l’ instant où j’écris ces lignes, tu n’es pas. À l’ instant où tu les lis, tu es; tu deviens. À chaque phrase, je peux m’exprimer aussi bien au présent qu’au futur »

Et c’est ce qui est extraordinaire dans ce livre je pense: ces frontières du temps qui l’espace de quelques chapitres, se fondent, permettant à l’aïeul d’avoir cette conversation avec un arrière-petit-enfant…qu’il ne connaîtra peut-être jamais !

Fascinant !

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Hannah Brencher: Des lettres d'amour aux quatre vents

  J'avais déjà parlé d'elle il y a un bon moment déjà. Hannah Brencher et sa folle idée, pour se sortir d'une dépression, d'écrire des lettres d'amour a de purs étrangers. Des lettres qu'elle s'était alors[...]

Wild de Jean-Marc Vallée ou la croisée des chemins sur 1700 kilomètres

La période du congé des fêtes m'a toujours semblé relever du concept paradoxal ! Parce que loin du repos suggéré par le mot «congé» - je parle pour moi en fait ! - je me[...]

Coup de coeur...Partir ensemble de Salomé Leclerc

Une belle découverte que j'écoute en boucle. Les écouteurs sur les oreilles, dans mon automne montréalais... Si on partait ensemble quand se lèvera le vent On pourrait faire la route sans bagage Tu me diras que l'on tangue. Je te[...]

Tree Book Tree: l'histoire du livre qui devint un arbre

Quiconque fréquente ce blogue depuis un bon moment est en mesure d'avoir une bonne idée de mon amour (pour ne pas dire mon obsession!) tant pour les livres que pour les arbres et la nature ! Imaginez alors[...]

Lorsque l'hiver arrive en conquérant

Ce matin, un décor de carte postale est arrivé en conquérant sur ma ville... D'une façon que je n'ai jamais su m'expliquer, je me suis toujours sentie écrasée par l'hiver. Toute cette neige qui nous emprisonne[...]

2 commentaires sur “À toi qui n’est pas encore né, Jacques Jacquard

  1. Bonjour Marie,

    En lisant ton billet, ça m’a donné le goût d’écrire – moi aussi – un livre pour un futur arrière-petit-enfant.

    J’ai déjà écrit, il y a cinq ans, une lettre pour chacun de mes quatre enfants. Lettre que chacun pourra lire lorsque j’aurai quitté pour un autre monde. De temps à autre (elles ne sont pas cachetées) j’ajoute une phrase ou deux pour parler du temps qui passe – des changements dans ma vie, etc.

    Un jour, j’écrirai une lettre pour mes petits-enfants. Je trouve important de léguer un peu de nous-mêmes aux futures générations de notre famille immédiate.

    Bonne journée,

    Marjo xx

    1. Bonjour Marjo ! C’est vrai que c’est là un magnifique cadeau à faire à ses descendants ! L’idée des lettres est super bonne aussi, surtout que tu peux y faire des ajouts autant que tu le veux ! Il y a tellement de choses qu’on ne prend malheureusement pas le temps de dire à ceux qu’on aime… C’est une belle façon de demeurer conscient qu’on y sera pas toujours !

      Bonne journée à toi aussi !!

      Marie xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.