Errance

J’éprouve une certaine difficulté à écrire ces jours ci. 

Comme si les mots et les choses qui tournent pourtant sans cesse dans mon esprit n’arrivaient pourtant pas à trouver leur chemin jusqu’au bout de mes doigts…

Ou encore, un peu comme si je n’arrivais plus à «organiser» le trop plein de ces secrets et impressions qui émergent maintenant sans que je n’ai rien demandé… Venant néanmoins brouiller les cartes de mon existence.

Voilà pourquoi je suis silencieuse.

Et que je lis.

Un livre sur la psycho-généalogie et les secrets de famille bien sûr ! Comme si le fait de dévaliser littéralement les rayons des livres traitant du sujet pouvait m’assurer d’enfin découvrir ce qui je le pressens, est pourtant sous mon nez…

« Savoir que nous faisons partie d’une histoire qui a commencé avant nous contribue à nous construire, à nous rassurer, en nous positionnant dans la succession des générations et la différence des sexes. C’est le fondement même de notre identité.. Sans ces repères, notre chemin n’est plus qu’une errance. Nous devenons des étrangers à nous-mêmes, car quelque chose de notre passé nous échappe sans cesse. Nos fondations s’érigent alors sur du vide, et nous risquons un jour ou l’autre l’effondrement ou la dépression, voire l’extinction complète de la lignée. » (Au cœur des secrets de famille, Juliette Allais, Éditions Eyrolles, Page, 34)

Cruelle panne d’inspiration !

Rien à dire. Je lis…

Sans doute que demain, ça ira mieux ?

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

De la filiation partout

T. Bannon, A. Mansouret et DSKVous dire que le phénomène de la filiation m’intrigue et me fascine serait inutile je pense… En ayant tellement parlé sur ce blog !Un peu comme si en m’acharnant à[...]

Et les pièces du casse-tête se mettent en place..

Comme dans toutes histoires familiales - et la mienne ne fait pas exception à la règle - il est plus aisé de parler de ses ancêtres éloignés avec détachement puisque leur aura est alors baigné,[...]

À la recherche de soi

Certaines personnes pourraient penser que je suis ce qu'on pourrait appeler une « superwomen », partagée entre travail, enfants (le petit garçon que j'ai, la petite fille que j'ai perdu), mari, amis, mère malade, famille[...]

Un étranger dans ma maison

Lors d'une chronique il y a plus d'un an, je parlais de Lee Miller, une illustre photographe du XXième siècle que j'avais découverte tout à fait par hasard, à travers la lecture d'un livre de[...]

La traversée d'un miroir

C'est fou comme le temps file, un peu comme du sable entre nos doigts, n'est-ce pas ? Voilà presque une semaine que je n'avais pas écris ici ! Non pas qu'il ne se soit rien[...]

2 commentaires sur “Errance

Répondre à Jane Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.