La nouvelle cuisinière canadienne

Comme dimanche dernier, en ce 13e jour de mon calendrier de l’Avent, j’ai eu envie de vous proposer un livre qui soit aussi dans l’ère de mes Pages féminines d’un autre temps que j’aime tant!

Aujourd’hui, c’est donc du vieux livre «La nouvelle cuisinière canadienne» publié en 1865 que j’ai eu envie de vous parler.

Paru en 1840 pour la première fois, ce livre est considéré comme le premier livre de recettes écrit en français au Canada. Cette quatrième édition sortie en 1865 présente ainsi des plats français et anglais, certains intégrant des ingrédients locaux tels le maskinongé, la farine de maïs ainsi que le sirop d’érable. En ce qui me concerne, je trouve assez fascinant de découvrir ces anciens plats à travers des recettes à la méthodologie parfois un peu aproximative. Dans certains cas la marche à suivre est inexistante, le temps de cuisson semblant lui matière au jugement du cuisinier. C’est vous qui voyez en quelques sortes. Et pire, plus d’une trentaine d’unités de mesures (la pincée, la poignée, la cuillérée, la chopine, la pinte, la roquille, le gallon, le demi setier ou demiard, le mirésrable, la livre, le quarteron, l’once, le doigt, , le pied, le dé, etc) y figurent. Bref! Il y a de quoi perdre son latin! Mais surtout, un risque assez grand de se retrouver avec un résultat, disons-le, pour le moins aléatoire.

Mais ce que ce livre nous promet? Rien de moins que le bonheur éternel avec «Tout ce qui est nécessaire de savoir dans un ménage, tel que l’achat des diverses sortes de dentéres; les recettes les plus nouvelles et les plus simples de préparer les potages, les rotis de toutes espèces, la pâtisserie, les gelées, glaces, sirops, confitures, fruits, sauces, puddings, crèmes et charlottes; poissons, volailles, gibiers, oeufs, légumes, salades, marinades; différentes recettes pour faire diverses sortes de breuvages, liqueurs, etc,. etc. » (Quatrième édition, Revue, corrigée et considérablement augmentée, Montréal, 1865)

Et de fait, on y retrouve de véritables perles de la science ménagère que toute femme souhaitera bien sûr connaître.

«Le coup d’oeil bienveillant, l’aimable sourire de la maîtresse de maison et de sa fille sont l’heureux pronostic d’une cordiale et douce hospitalité. Savoir faire les honneurs de chez soi, c’est savoir oublier qu’on en est le maître. Regardez à deux fois avant d’inviter un convive; mais n’oubliez pas que dès que vous l’avez reçu, il est plus que votre hôte, il est votre ami.»

(Page 9)

Coup de foudre en ce qui me concerne! Pour la curiosité, pour la découverte de l’évolution de la langue française dans une société dans laquelle se côtoient anglais et francophones. Une belle leçon d’histoire à travers le quotidien bassement alimentaire.

Je vous laisse avec cette recette de biscuits à la madeleine.

Biscuits à la madeleine

Battez six œufs avec trois quarterons de sucre, trois quarterons de beurre défait en crème, ajoutez un verre à vin d’anis bien lavé, un demiarre de lait, gros comme un dé de perlasse, brassez le tout en­ semble, avec une livre et demie de farine; laissez lever deux heures près du feu : prenez la pâte par morceaux, roulez-la, et mettez sur une tôle dans le fourneau. Ou peut aussi les faire cuire dans le saindoux bouillant.

(page 125)

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Les falaises, Virginie DeChamplain

«Les falaises» de l'auteure québécoise Virginie DeChamplain, c'est sans aucun doute l'une des belles surprises de ce marathon de lectures qui aura occupé mon année 2020. Ce que ça raconte? L'histoire de cette femme qui [...]

Ni vues, ni connues: Panthéon, histoire, mémoire: où sont les femmes?

C'est un secret de Polichinelle: j'adore les livres! Plus encore les beaux livres. Aussi, lorsque je suis tombée sur celui-ci au dernier Salon du livre, il était pratiquement prévisible que j'y succombe. Un collectif,[...]

Lison.ca: Pour Noël, un coffret de lectures personnalisées

Parce que Noël approche et que, vous comme moi, nous sommes fous de livres (n'est-ce pas?), j'ai envie de partager avec vous la plus belle initiative qui soit. Plus encore en ce temps de pandémie[...]

Bombance et boustifaille: La cuisine d'Alexandre Dumas

Comme je le racontais hier, j’ai pensé joindre l’utile à l’agréable. Et, profitant de la période des fêtes et ses repas trop copieux à venir et de mon projet de calendrier de l’Avant, vous proposer mon Top-3 des[...]

Quelque part en Occident, Stéphane Lefebvre

Pour ce billet consacré à mon Calendrier de l’Avent littéraire, je me suis attaquée à un livre reçu gracieusement par Annika Parence Éditeur, «Quelque part en Occident» de l’auteur Stéphane Lefebvre. Et clairement, vous ne pourrez que constater[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.