La peur en Occident, Jean Delumeau

Quelle drôle d’année que ce 2020 qui s’achève n’est-ce pas ? Déjà, nous pouvons parier sans prendre de trop grand risque que nous nous rappellerons longtemps de cette année pandémique au cours de laquelle nous aurons expérimenté bien des «désagréments» et autres événements qu’on aurait jamais imaginé expérimenter de notre vivant. Files d’attentes à n’en plus finir, pénurie de papier de toilette inexpliquée. Et, retour aux sources avec tous ceux qui se sont soudainement sentis comme appelés à fabriquer leur pain quotidien, un peu comme sous l’effet d’une illumination… Avec pour conséquence cette évidence qu’on aurait jamais imaginé voir de notre vie: des tablettes d’épicerie complètement dévalisées de leurs contenus de farine et de levure.

Aussi, en ces temps troubles que nous n’aurions jamais pu être préparés à vivre, j’ai pour ma part trouvé énormément de réconfort à la lecture du livre «La peur de l’Occident» de Jean Delumeau, paru à la fin des années soixante-dix. Un livre dont j’ai eu envie de vous parler en ce jour 10 de mon calendrier de l’Avent littéraire. Un livre dans lequel l’historien se proposait de faire l’étude du passé de la civilisation sous l’angle de la peur. Et dont une grande partie porte justement sur les virus et autres pandémies qui à travers les âges ont justement provoqué bien des cauchemars parmi les populations qui les ont vécus.

À la lecture de ce livre que l’on découvre d’une pertinence folle dans notre propre expérimentation d’une pandémie, on se rend compte à quel point on a vraiment rien inventé avec nos comportements qui peuvent sembler un peu délinquants. Rumeurs, déni, refus de porter le masque, recherche de fautifs, de coupables et de personnes à accuser, ou encore d’autorité à critiquer, de difficultés de ravitaillement? Peu importe l’époque, peu importe qu’on parle du choléra, de la peste, du Covid ou de n’importe quelle autre de celles qu’on pourrait qualifier de «plaies d’Égype», on se retrouve avec les mêmes réactions qui témoignent de notre humanité.

Alors si vous n’en avez pas encore assez d’entendre parler de virus, je pense que vous trouverez largement votre compte avec ce livre vraiment fascinant. Et que par bonheur, on peut trouver facilement en version numérique.

«La peur en Occident», une cité assiégée, Fayard, 1978

***

Vous aimez mes billets ? N’hésitez pas à les partager sur vos réseaux sociaux. Ma maison est grande, il y a de la place pour la visite !

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Quelque part en Occident, Stéphane Lefebvre

Pour ce billet consacré à mon Calendrier de l’Avent littéraire, je me suis attaquée à un livre reçu gracieusement par Annika Parence Éditeur, «Quelque part en Occident» de l’auteur Stéphane Lefebvre. Et clairement, vous ne pourrez que constater[...]

Les falaises, Virginie DeChamplain

«Les falaises» de l'auteure québécoise Virginie DeChamplain, c'est sans aucun doute l'une des belles surprises de ce marathon de lectures qui aura occupé mon année 2020. Ce que ça raconte? L'histoire de cette femme qui [...]

La valse des calendriers de l'Avent

Voilà décembre entamé! Et avec lui, la course folle vers la période des fêtes. Et justement hier, j'ai reçu le miens, un calendrier de Noël aux promesses des thés les plus variés, histoire de ponctuer[...]

Tenir jusqu'à l'aube, Carole Fives

J'ai toujours été très sensible aux questions touchant la maternité. Et même si pour ma part, j'ai toujours été profondément certaine que je voulais avoir des enfants, j'ai aussi toujours été très consciente que d'être[...]

La nouvelle cuisinière canadienne

Comme dimanche dernier, en ce 13e jour de mon calendrier de l'Avent, j'ai eu envie de vous proposer un livre qui soit aussi dans l'ère de mes Pages féminines d'un autre temps que j'aime tant! Aujourd'hui,[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.