La route qui défile sous mes yeux et mes pensées qui se dispersent

Crédit: IStock

Hier, en route vers le Nouveau-Brunswick, j’ai fait un arrêt à Québec pour voir l’exposition du Musée des Beaux-Arts, « Au pays de merveilles, les aventures surréalistes des femmes artistes au Mexique et aux États-Unis », portraits de Frida Kahlo, de Lee Miller et d’une quarantaine d’autres femmes artistes qui ont majoritairement élaborée leurs œuvres sur une période allant des années 30 aux années 70… 

J’avoue avoir été fascinée par ces femmes qui ont ainsi su trouver leur place dans un monde qu’elles savaient fait sur mesure pour les hommes… Cherchant dans le mouvement surréaliste, crée par et pour des hommes, une voie qui leurs soit propre, qui puisse se conjuguer au féminin… 

Dieu que j’aurais aimé vivre à cette époque ! Être l’une d’elles. Et chercher moi aussi un sens au monde duquel je suis issue… Bien qu’il ne fasse aucun doute que pour cette époque ou les femmes créatrices étaient vues comme des sorcières, nous n’ayons aujourd’hui, que fort peu à regretter… 

Lorsque j’écris, j’ai aussi ce sentiment de toucher du bout des doigts un monde parallèle, presque secret, constitué de portes donnant les unes sur les autres et dont je serais la seule à détenir les clés…. advenant bien sur que je ne commette pas l’erreur de passer devant sans les voir… 

Telle une aveugle.

Comme je voudrais avoir cette discipline d’avoir constamment à portée de main un petit carnet dans lequel je pourrais noter la moindre idée à venir tourbillonner autour de moi, tel un papillon éphémère…. Alors que trop souvent, je me retrouve plutôt à tenter de remettre de l’ordre dans ce qui m’est venu à l’esprit cinq minutes plus tôt, et qui déjà, se disperse, un peu comme le sable qui file entre les doigts… 

En regardant ces femmes, je me dis que visiblement, il existe quelque chose au delà de la mort, une réalité qu’il est facile de sous estimer. Alors que nous passons nos existences à considérer de façon prétentieuse nos vies comme étant tout en elles-mêmes… 

Et après moi, le déluge n’est-ce pas ? 

Je n’ai jamais craint la mort… Peut-être est-ce cette conscience de mon état de finitude qui fait en sorte que je ressens si fortement ce besoin d’écrire ? Pour laisser une trace de mon passage ici. Pour que l’on sache, un peu comme sur ces longues routes bordées de rochers barbouillés de graffitis laissés par des voyageurs d’un jour, que moi aussi « J’y étais »… 

Finalement, peut-être est-ce seulement la beauté de ces magnifiques paysages qui défilent sous mes yeux à la vitesse des secondes puis des heures de ma vie? Ou encore, la vision de la mer qui chaque fois que je la vois, me semble plus belle que la précédente? Ou peut-être encore, le défilement de ces maisons acadiennes toutes plus colorées les unes que les autres et qui chaque fois, me donnent envie de sortir ma caméra et de tenter d’en percer les secrets cachés derrières leurs façades parfois décrépies ? 

Pour toutes ces questions, je n’ai pas de réponses bien sur. Mais peut-être suffit-il de se dire que le voyage, assurément, en valait la peine ?

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Des hauts et des bas ? Oui mais...

Photo: PABvision.com.Il y a parfois de ces événements dans une vie devant lesquels on se retrouve tout simplement sans voix. Parce que ces événements nous laissent perplexes. Parce qu'ils nous dépassent. Ou tout simplement, parce[...]

La vie n'est pas un long fleuve tranquille...

  Ça y est! Un trop plein que je ne peux m'empêcher de venir déverser ici. Un peu comme un alcoolique qui promet toujours d'arrêter... Mais qui se fait toujours prendre la main dans le sac! Mais[...]

À l'abri du monde

Mon grand-père est sans aucun doute l’image masculine la plus positive que je conserve à l’esprit !  Lorsque je pense à lui, je ne peux m’empêcher de ressentir une gratitude sans nom pour l’homme qu’il[...]

Non-dits

«Seuls les petits humains se présentent sans faiblesse. Les grands, eux, dévoilent courageusement leur vulnérabilité parce qu’ils savent se relever.»                            (-Sarah Dulude,[...]

Quelques mots jetés au hasard

Petit lundi ensoleillé. Je suis dans le train qui comme tous les jours, m'amène au travail.Pour la première fois depuis fort longtemps, j'ai eu envie de laisser filtrer les premiers mots de ce roman qui[...]

2 commentaires sur “La route qui défile sous mes yeux et mes pensées qui se dispersent

    1. Bonjour ! Contente de votre passage ici ! En me relisant ce matin, j'ai un peu l'impression d'être partie dans tous les sens en écrivant ces quelques lignes… L'avantage d'être sur le siège, côté passager, c'est qu'on a pas nécessairement besoin d'être cohérent n'est-ce pas ? 🙂

      Une bonne journée !

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.