L’arbre qui cache la forêt…

L’arbre qui cache la forêt, Pierre, Flickr

Écrire sur soi, ce n’est pas toujours une partie de plaisir.

Encore moins, peut-être, lorsqu’on est une femme.

Voilà que ce matin, je suis tombée sur cet article de La Gazette des Femmes dans lequel on parle justement d’un essai de l’auteure Patricia Smart sorti récemment et dont le sujet porte justement de la difficile conquête de l’individualité féminine par l’écriture à travers l’histoire…

«La maternité – une forme de fusion entre la mère et l’enfant – et les circonstances de la vie ont orienté les femmes vers l’écoute de l’autre, une attention aux besoins de l’autre. Or, c’est le contraire de l’impulsion autobiographique. Je pense que c’est ce qui explique l’hésitation des femmes à s’engager dans un projet autobiographique où il faut dire : voici ma vie. Dans «Une chambre à soi», Virginia Woolf décrit ainsi la présence du moi masculin dans l’écriture : « C’est comme un arbre. Il prend toute la place et ce qui est autour est dans l’ombre. » Visiblement, les femmes ont du mal à se prendre pour des arbres.»   (- «De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan, Se dire, se faire par l’écriture intime», Patricia Smart, Gazette des femmes, 2 juin 2015)

Moi qui joue justement avec ce blogue dans les sphères de ce qu’on appelle l’autofiction, vous vous doutez bien que j’ai déjà comme projet de passer très bientôt à travers ce livre n’est-ce pas ?

Pariez qu’on en reparlera très très prochainement !

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Entre incertitudes et convictions

La vie est remplie d'incertitudes. Ces choses que l'on imagine dans sa tête sans nécessairement en avoir la confirmation dans le réel. Ces questions que l'on se pose depuis toujours et pour lesquelles nous devrons probablement nous[...]

Commencer par la fin

Vous est-il déjà arrivé de commencer à lire un livre en lisant d'abord la fin ?Étrange manie j'en conviens mais à laquelle il m'arrive fréquemment de m'adonner ! Question de prévoir ou non une boîte[...]

Ëtre ou ne pas être ou se sentir comme un imposteur devant sa page blanche

Qu'est-ce qui fait qu'un écrivain est un écrivain ? Qu'est-ce qui donne à celui-ci la validation de se dire tel ? Je l'avoue, je me pose cette question depuis des années ! Est-ce parce que celui qui[...]

Les pieds dans le vide

Il y a des matins comme ça. Les mots qui se chevauchent. Les idées qui s'emmêlent. J'ai beau m'évertuer alors à tenter de trouver le point central de mes réflexions, celui qui me permettra éventuellement d'écrire -[...]

140 max

La « Twittérature », vous connaissez ? Il s’agit en fait de cette nouvelle tendance qui consiste -  sur Twitter - à écrire une histoire comme on écrirait un roman... Mais en 140 caractères maximum ! Ce n’était qu’une question[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.