Le syndrome de la chaussette solitaire

Crédit: Pixabay

Il y a parfois des études (très sérieuses !) qui ont l’art de nous faire sourire, mais surtout, qui en disent long sur leur auteur (et sur nous?)! Et qui ont la propriété de nous faire nous sentir outrageusement…normal…alors que même cinglés, nous n’aurions jamais, au grand jamais pensé à faire une étude sur un tel sujet !

Ainsi ce matin, alors que je confirmais par téléphone mon ponctuel et traditionnel lunch avec Karla, celle-ci me raconta-t-elle qu’elle avait justement entre les mains une très sérieuse étude émanant de Hydro Ontario qui en avait publié dans les dernières heures les résultats. Cette étude (tenez vous bien – roulement de tambour!) avait pour mandat de faire la lumière (jeu de mot tout à fait involontaire ici !!!) sur le très sérieux syndrome…de la chaussette solitaire ! Ne riez pas, il s’agit très certainement d’une question qui mérite toute notre attention car qui d’entre nous en effet n’a jamais perdu un bas au moment de sa lessive ?

Mais attention, les résultats observés dans cette étude (faite par la très objective firme Léger Marketing !) révèlent ainsi que 9 % des Torontois conservent la chaussette solitaire pendant au moins un an alors que presque une personne sur cinq la conserveront…à jamais…Avec l’espoir bien sur de retrouvailles avec le «compagnon unique» !!!

C’est Claire Lamarche qui aurait du travail ici 🙂

Du coup, en guise de soutien pour les personnes aux prises avec un tel drame, Hydro Ontario offre à ses clients qui achèteront une nouvelle machine à lessive Energy Star dans les prochains mois de leur remettre un rabais instantané de 80$ en plus d’un rabais postal d’une valeur de 60$, offert celui-ci par la ville de Toronto. Convenons que c’est là plus qu’il n’en faut pour se refaire !!!

Mais ce n’est pas tout ! Ils recevront également un très mirobolant «éco-rack» avec lequel les risque de subir le-dit traumatisme de la perte du bas seront à tout jamais évités !

Dans sa grandeur d’âme, l’entreprise énergétique a également pensé à ceux qui auraient déjà acheté des chaussettes neuves pour remplacer la perte subie. Ainsi, les 100 premières personnes qui enverront une photo de la chaussette orpheline accompagnée d’une brève description de la fugueuse recevront également un «éco-rack» ! (Je suis certaine que vous voudriez déménager en Ontario ce matin!)

J’avoue que quelques questions me viennent spontanément à l’esprit devant de tels résultats ! Ainsi, les Torontois sont-ils une espèce à part ou bien sont-ils plutôt le reflet de la société en général ? Car l’étude révèle en outre que près de la moitié (45%) des Torontois interrogés et qui sont en couple, on avoués que le partenaire de vie avait…ruiné ses vêtements au lavage !

Imaginez ! Le couple devant le juge pour divorcer en raison … de son linge sale !!!

Il est troublant de constater que notre simple comportement devant la perte d’un bas puisse en dire autant sur nous ! Non ?

Et vous, combien de temps conservez-vous vos chaussettes solitaires 😉

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

La chaussette solitaire ou la fin d'un mystère

Au tout début de ce blogue, j'étais tombée sur une étude des plus insolites qui s'était penchée - le plus sérieusement du monde - sur la destinée de ces chaussettes solitaires. Vous savez ? Ces chaussettes[...]

Que d'émotions pour une simple chaussette !

Ce matin, deux nouvelles: l'une qui a fait ma journée et la deuxième, qui m'a littéralement jetée par terre ! Ainsi, j'ai reçu mon premier courriel d'une lectrice européenne (wow ! Bonjour de Montréal ;-) Celle-ci[...]

Libérées, le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale, Titiou Lecoq

Les derniers mois, je dois l'avouer, j'étais tellement fatiguée que juste l'idée de me plonger dans un livre et la chose m'apparaissait comme rien de moins que hors de ma portée. La  concentration à zéro[...]

Bêtes curieuses...

Drôles de bêtes que nous sommes, nous les humains... Ce dimanche, journée idéale pour la farniente, alors que je « surfais » sur Internet, je me suis mise à me demander « mais qu'est-ce qui vous amène sur mon[...]

6 commentaires sur “Le syndrome de la chaussette solitaire

  1. Sondage, étude, niaiserie.

    En voici une autre: « La différence de longueur entre l’index et l’annulaire est bien un signe d’homosexualité, selon une nouvelle étude anglaise. »

    Y'a des gens qui ne savent pas quoi faire! Il y aurait pourtant des recherches plus intéressantes et surtout plus utiles à faire, non?

    Bonne fin de semaine et bonne fête des mamans!
    Jeanne d'Arc

  2. Que de chaussettes solitaires couchent dans mon tiroir…
    Les malheureuses disparues font encore parler d’elles et ne désespèrent surement pas d’être retrouvées un jour.
    En attendant, grâce à elles, mes pensées prennent la poudre d’escampette et ça me fait le plus grand bien.
    Merci Marie

    Hervé

    1. Ce billet est un sujet de fascination sans fin pour moi, je l’avoue 😉 En tant que blogueur (du moins, c’est mon cas!), nous passons notre vie à chercher des sujets intéressants sur lesquels écrire. Jusqu’au jour où nous réalisons que le sujet le plus banal peut figurer pendant des lustres parmi les billets les plus lus d’un blogue 🙂 Une vraie révélation !

      Bonne fin de journée et de joyeuses fêtes 🙂

      Marie

      1. Je suis moi-même blogueur Marie.
        Et, pour moi, si les sujets les plus banals sont intéressants, c’est dû à « la patte » de celle qui les écrit…

        Hervé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.