Les mots des autres ou pourquoi j’écris sur moi

Crédit: Photo-libre.fr

Parce que parfois, les mots des autres résonnent en moi particulièrement… M’inspirent aussi.

Un extrait dans la même veine que celui d’hier ! 

« Quand j’écris «je», je me sens à la bonne place » (Emmanuel Carrere, écrivain)

« Écrire «je» n’est pas forcément parler de soi. Sur les trois romans que j’ai écrits à la première personne, je ne suis à la fois narrateur et protagoniste que dans Un roman russe, et ce n’est pas une autofiction, car la part de fiction y est quasiment nulle ! Il fallait que je réussisse à faire le ménage dans ma propre vie pour pouvoir écrire D’autres vies que la mienne, même si la rédaction de ces deux livres s’est chevauchée, et que ce processus fut tout à fait inconscient. 

Il n’y a pas eu d’autocensure pour Un roman russe, mais la transgression de quelque chose d’interdit et de très intériorisé : parler de mon grand-père, du père de ma mère – ce qu’elle ne voulait pas.L’avoir fait m’a été salutaire. Je redoutais les retombées familiales, et l’après a été conflictuel avec ma mère et mon ex-compagne, mais rien de catastrophique ni d’irréversible. 

En me racontant dans ce livre, je me suis désentravé, je me suis rendu plus libre, plus attentif, plus présent aux autres, un petit peu moins névrosé… Quand j’écris «je», dans mes romans comme dans des articles, je suis à la bonne place. Cette mise en forme – même si je n’aime pas utiliser ce terme – n’est pas là pour parler de moi, mais me paraît juste : qui parle ? Qui est ému ? Qui est effrayé ?… Un renvoi à Mai 68 et au slogan : « D’où tu parles, toi ! » De ma place. »

(-Emmanuel Carrere, écrivain, extrait du Psychologie Magazine, Pourquoi j’écris sur moi, Septembre 2010) 

*********************

Quant à cette toute petite phrase que j’ai jetée hier, en fin de billet, et qui a suscité tellement de curiosité, je dirais simplement….que j’ai besoin d’un petit peu plus de temps avant d’en parler….

Histoire de trouver la forme et les mots pour que vous ayez envie d’y participer ! Car bien sur, il s’agira d’une part d’écriture mais également, de quelque chose  à quoi j’aimerais bien vous donner envie de participer…

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Les mots des autres...Dans une prison sans barreaux

« Mais le pire, quand on habite une prison sans barreaux, c’est qu’on n’a pas même conscience des écrans qui bouchent l’horizon; j’errais à travers un épais brouillard et je le croyais transparent » (- Simone[...]

Les mots des autres...Simone de Beauvoir

Qui pourrait affirmer sans rire que ces mots écrits il y a des décennies sont dépassés? D'une pertinence troublante... «N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis[...]

En passant...

Photo: PABvision.comCe matin, peu de temps pour écrire... Tout juste une petite pensée à partager... Quelques mots qui flânaient sur mon passage...  «L'expérience, ce n'est pas ce qui arrive à quelqu'un, c'est ce que quelqu'un[...]

Les mots des autres...Six degrés de séparation

Certaines de nos lectures nous laissent parfois un sentiment de plénitude une fois la dernière page refermée... C'est le cas de «L'angoisse du poisson rouge» de Mélissa Verreault, dont je viens de terminer la lecture. Je vous[...]

Mots à maux

«Le sens du mot est plus important que le mot en lui-même. Que voulez-vous dire ? Et bien, un mot est un mot et les mots sont à tout le monde. Il vous suffit d’ouvrir[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.