Les mots des autres…Train de nuit pour Lisbonne

Crédit: Pexels

Nous laissons quelque chose de nous quant nous quittons un lieu.

Nous y restons bien que nous en partions.

Il y a des choses en nous que nous ne pouvons retrouver qu’en y retournant.

Nous partons vers nous-même quant la monotone trépidation des roues nous porte vers un lieu ou notre vie à fait un bout de son chemin, aussi court fut-il.

Mais en partant vers nous-même, nous devons affronter notre propre solitude.

Et s’il est vrai que tous nos actes sont en partie déterminés par la peur de la solitude, est-ce pour cela que nous renonçons à toutes ces choses que nous regretteront à la fin de notre vie?

Est-il finalement question de l’image que l’on a de soi?

De l’idée déterminante de ce que l’on devrait avoir accompli et vécu pour que cela devienne une vie dont on pourrait être satisfait ?

Si c’est le cas, la peur de la mort pourrait être décrite comme la peur de ne pas pouvoir devenir celui que l’on s’est donné pour but.

Quand s’abat sur nous la certitude que la complétude ne sera jamais plus atteinte nous ne savons plus soudain comment vivre le temps qui ne peut plus être vécu en fonction d’elle.

(-Amadeu de Pradou, Train de nuit pour Lisbonne (film dont les mots sont tirés du livre L’Orfèvre des mots de Pascal Mercier)

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Les mots des autres...Simone de Beauvoir

Qui pourrait affirmer sans rire que ces mots écrits il y a des décennies sont dépassés? D'une pertinence troublante... «N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis[...]

Sans compromis

 Photo: PABvision.com Lundi matin plutôt frais qui ne laisse plus aucun doute sur le fait que l'été soit en train de fuir, lentement mais sûrement... Et une citation sur laquelle je suis tombée[...]

Les mots des autres...ou Nancy Huston parlant de son besoin d'écrire

Crédit: Photo-libre.fr Dans une entrevue donnée à un journal Belge concernant son dernier livre, Reflets dans un œil d'homme, Nancy Huston parle de son désir-besoin d'écrire.... «Il est vrai que c'est plus un besoin qu'un désir. Ma mère[...]

Les mots des autres...Ou écrire selon Sylvia Plath

«Écrire est un acte religieux: une manière d'ordonner, corriger, réapprendre et ré-aimer les gens et le monde, tels qu'ils sont et pourraient être.» (-  Sylvia Plath, Journaux, Gallimard)

Les mots des autres... Scott Fitzgerald sur les écrivains

«Un écrivain qui n'écrit pas ressemble à un fou enfermé en lui même» (-F. Scott Fitzgerald cité par Walter Kirn dans Blood Will Out)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.