Les Vieux, Rose Legault

«Quatre-vingts ans! Plus d’yeux, plus d’oreilles, plus de dents, plus de jambes, plus de souffle! Et c’est étonnant somme toute comme on arrive à s’en passer(Paul Claudel)

C’est fou comme en regardant nos parents vieillir, notre vision du fait de vieillir se trouve modifiée du fait qu’eux même soient en santé. Ou pas!

Chose certaine, il ne fait aucun doute à mes yeux qu’il est impossible d’ignorer que nous vivions dans une société ou vieillir, c’est bien loin d’être « in »! Chirurgies esthétiques visant à nous rajeunir partout dans les magazines, teintures pour cacher ces cheveux ayant eu l’impudence de grisonner, etc… Tout est là pour nous donner à penser que si nous vieillissons, c’est que nous le voulons bien. Ou pire encore! Parce qu’on se néglige!

Alors que vieillir et mourir, ce sont des étapes de la vie non? Personne n’y échappe, quoiqu’on fasse! Et la seule justice en ce bas monde peut-être, comme le disait mon grand-père…

C’est pourquoi, j’ai craqué pour ce tout petit livre, « Les Vieux », écrit par…une octogénaire, Rose Legault qui nous présente dans cet essai des gens qui bien que « vieux », savent rire de la vie et d’eux-même. Et qui au passage, sont infiniment inspirants!

«Préparer sa mort est une geste extrêmement important » selon elle.

Et elle est bien loin de parler à travers son chapeau car en frais d’exemple, elle en constitue tout un! Qu’il suffise de savoir par exemple que pour célébrer ses soixante-dix-sept ans,…elle s’est permis rien de moins qu’un saut en parachute!

«J’hésitais entre aller au cinéma ou faire un saut en parachute. J’ai choisi de sauter!»

Et pourtant, la vie n’a pas toujours été rose pour Rose. En 1997, elle a appris que son mari et amoureux, Edmond, était atteint de Parkinson. Et après avoir pris soin de lui pendant près de dix ans, c’est la mort dans l’âme qu’elle a du se résigner à le « placer » dans un Centre Hospitalier de soins de longue durée ou elle a continué d’aller le voir tous les jours. En 2004, c’est son fils qui s’est suicidé.

Tout cela, en plus de combattre elle-même deux cancers dont l’un des deux l’ayant privé de sa glande thyroïde….

Mais qu’à cela ne tienne puisque Rose a choisi de vivre. Comme sa mère morte d’un cancer il y a quelques années, et qui de son vivant refusait de s’arrêter. Et qui même à un âge avancé, faisait du trapèze, du bungee et du parachute…. Rose à choisi de se « fouetter et d’avancer »!

Finalement, pour en découvrir un peu plus sur cette femme incroyable, il est possible de consulter...son site internet! Rien de moins!

Inspirante disions-nous ?

« Vieillir c’est passer de la passion à la compassion. » (Albert Camus)

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

L'histoire de l'amour et le pouvoir des livres

J’ai souvent évoqué ici le pouvoir des livres n’est-ce pas ? Ces livres qui parfois, nous aident à traverser des moments difficiles. Qui nous révèlent parfois plus de choses sur nous même que ce que[...]

Vu: Le "Nelly" de Anne Émond

Je l'avoue, il est plutôt rare que je parle cinéma ici. Et pourtant, je suis forcée de constater que là-dessus, je n'ai pas de véritable explication ! Le fait étant que je suis vraiment folle de[...]

Bad Girl, de Nancy huston

Chose promise, chose due ! Voilà que je me suis attaquée au dernier livre de Nancy Huston, une auteure dont je suis fan depuis de nombreuses années et de qui j'ai à peu près tout[...]

Quelque part en Occident, Stéphane Lefebvre

Pour ce billet consacré à mon Calendrier de l’Avent littéraire, je me suis attaquée à un livre reçu gracieusement par Annika Parence Éditeur, «Quelque part en Occident» de l’auteur Stéphane Lefebvre. Et clairement, vous ne pourrez que constater[...]

Du sable entre les doigts

Une quantité assez incroyable d'entre nous passera à travers sa vie sans se poser trop de questions. Ni même ressentir quelque besoin de trouver un sens quelconque à tout ce bruit et cette fureur inaugurés[...]

2 commentaires sur “Les Vieux, Rose Legault

  1. Bonjour Marie.Ce livre est inspirant en effet. J’ai pas autant de guts que cette dame soit de sauter en parachute mais j’essaie de me botter le derrière pour faire des choses qui me sortent de ma petite zone de confort.J’aime beaucoup lire sur les personnes âgées qui veullent bien partager leur bout d’histoire.Je m’occupe de mes parents âgés qui vivent en logement.Ce n’est pas tous les jours facile moralement pour moi de les voir changer.Mais,je me sens privilégiée de les avoir encore à 55 ans.Plein de mes amies n’ont plus de parents depuis longtemps. Et puis quand mes parents me raconte leur histoire je m’enrichi de leur passé.En prenant le temps de les écouter ,on en apprend toujours plus.Je suis de plus en plus consciente que je remplis mon sac à souvenir pour lorsqu’ils ne seront plus là. Je dis ça et en même temps qui me dit que je ne partirai pas avant? Merci pour ce billet Marie.Passe une très bonne journée!

    1. Bonjour Étoile ! C’est vrai que parfois, on se rend compte une fois qu’ils sont morts à quel point nous avons pu mal les connaître ! Comme pour ma grand-mère Jeanne avec qui aujourd’hui, j’aimerais bien pouvoir prendre un café. Histoire de lui poser une question ou deux… De son vivant, je n’étais pas proche d’elle. Disons que je ne comprenais pas grand chose à cette femme somme toute très différente de cette image qu’on imagine des grands-mères… N’est-ce pas que c’est supposé faire des biscuits des grands-mères ? :-)))

      C’est une chose précieuse d’avoir encore tes parents ! Et tu n’as pas tort du tout de voir ça comme le fait de remplir ton sac à souvenirs ! Profites en tant qu’ils y sont ! C’est précieux !

      Une bonne journée à toi !

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.