Mal de mère: Le Top 3 de mes coups de cœur littéraires dédiés à la mère, 3 de 3

En cette journée de la fête des mères, nous voici donc avec ce troisième volet de mes coups de cœur littéraires portant sur le thème de la mère. Celui-ci ne se prétendant scientifique d’aucune façon ! Car clairement, ce sont des dizaines d’autres livres dont j’aurais pu parler ici tant le thème de la relation à la mère est riche et porteur lorsqu’il est question littérature !

D’autant plus si celle-ci, la mère est un peu cinglée. Et ou un peu perturbée !

Avec « C’est le cœur qui meurt en dernier » c’est un peu à un désir de réconciliation que semble s’adonner l’auteur, Robert Lalonde avec sa mère, après la mort de celle-ci.

Ce livre, j’en avais parlé tout juste ici.

Ce livre, donc, c’est un peu un huis clos entre l’auteur et sa mère qui s’adresse à elle comme si elle se trouvait devant lui. Cette femme qui, comme ce fut sans doute le destin de beaucoup de femmes à cette époque des années 1950-60, se retrouva épouse, mère, puis femme de maison alors qu’elle aurait aspiré à tellement d’autres choses. Et qui à la fin de sa vie, répétait sans cesse et presque comme une litanie, « J’ai été qui, j’ai été quoi, peux-tu me le dire? »

«J’émerge, essoufflé, d’un rêve où tu t’adressais à moi dans une langue inconnue. Inquiète, énervée, volubile au-delà de ton accoutumée, tu cherchais à me confier le fin mot de ton histoire, la réponse enfin à ta question lancinante – «J’ai été qui, j’ai été quoi, peux-tu me le dire?» – mais arrangée dans un charabia inintelligible, où revenaient sans finir, comme le refrain traînant d’une complainte, mes trois prénoms, chantonnés tristement, à la manière des prières que je marmonnais autrefois sans comprendre ce qu’elles voulaient dire.» (C’est le cœur qui meurt en dernier, Robert Lalonde)

Un livre que très clairement, l’auteur portait en lui depuis très longtemps et qui a du attendre le décès de la principale intéressée pour se faire. Non pas pour en faire un règlement de compte. Mais plutôt pour tenter de se trouver lui-même à travers le portrait de cette mère qui a pu sembler avoir été piégée dans un destin qu’elle n’avait pas choisi.

«C’est moi, bien sûr, qui me pose à moi-même, en plein cœur de la nuit, la question suppliciante. C’est ma voix dans la tienne qui psalmodie Joseph, Serge, Robert, espérant que ces trois-là répondront à l’appel et articuleront à ma place une réponse claire, nette, définitive à ta grande question «à cent piastres». Quelque chose comme: «J’ai été celui qui a eu raison de t’aimer, puis raison de te haïr et de m’enfuir, raison de faire ma vie loin de toi, et finalement raison de rentrer, même s’il se fait tard.» (C’est le cœur qui meurt en dernier, Robert Lalonde)

Je n’avais jamais lu Robert Lalonde avant ce livre. Depuis, je me dis qu’il me faudrait bien me plonger dans ses autres bouquins, complètement charmée par un style poétique qui résonne particulièrement pour moi.

Un coup de cœur ! Très clairement !

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Du pouvoir réactionnaire de la féminité

Hier, je suis tombée sur un article de Libération qui, après m'avoir donné le sentiment d'être littéralement tombée de ma chaise, m'a portée à réfléchir... L’histoire ? Celle de Lucia Caram, une bonne sœur Dominicaine d’une cinquantaine[...]

Petit retour en arrière

Photo: IStock Alors qu'était soulignée la semaine dernière la Journée de la Femme un peu partout dans le monde, une lectrice m'a fait parvenir (Merci Marjo !) un document dans lequel nous retrouvions divers extraits de[...]

#Madeleineproject et autres choses que le temps n'est pas encore parvenu à disperser

Ce ne sera pas ici la révélation du siècle! Je suis littéralement folle de tout ce qui relève des secrets de familles, des vieilles histoires. Et de ce qui se cache parfois derrière les murs[...]

Ce qui nous empêche de dormir

Je suis tombée il y a quelques temps sur un article qui m’est apparu un peu comme une révélation. Le genre de thématiques sur lesquelles je me dis, je vais écrire là-dessus. Et que[...]

Parce que mieux vaut tard que jamais...

Vous vous souvenez de ce billet dans lequel je racontais que selon une vieille loi maintenant désuète depuis fort longtemps mais jamais révoquée, les parisiennes n'avaient toujours pas le droit de porter le pantalon ? Je[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.