Pourquoi je déteste Noël, Robert Benchley

Quand on y pense, c’est assez fascinant de réaliser que les plus merveilleux Noëls, ceux que nous renvoit notre mémoire, sont toujours aussi ceux de notre enfance. Un peu comme si en vieillissant, il devenait impossible de voir la magie de ce moment de l’année qui en vient rapidement à rimer avec chicanes de familles, folie des préparatifs pour accueillir des gens que finalement, on n’a pas toujours tant plaisir à fréquenter.

Et le 2 janvier, Merci mon Dieu, c’est fini jusqu’à l’année prochaine! Au débarras sapin et boules (celles de Noël comme celle au ventre!)

C’est pourquoi je me suis beaucoup amusée à lire ce petit recueil de nouvelles – douze comme les douze coups de l’horloge avant minuit? – toutes dédiées à Noël justement.

Et justement, l’auteur s’en est donné à coeur joie, n’y allant pas de main morte en mettant en scène des noëls catastrophiques, et en vantant les vertus de l’abolition des cartes et cadeaux de voeux,…

Écrites pour la majorité entre 1925 et 1949, ces nouvelles sont d’une grande modernité et l’humour noir et grinçant de certaines m’a bien fait rire, je dois le dire. Surtout la première dans laquelle l’auteur nous montre justement à quel point c’était tellement «génial» ces fameux Noëls à l’ancienne. Et qui franchement, m’ont rappelé ceux que je passais moi-même enfant chez mon grand-père en Abitibi. Les chambres en haut dans lesquelles on gelait, les après-midis à attendre le repas du soir parce qu’il n’y avait rien d’autre à faire, le rang non déneigé qui tuait dans l’oeuf la plus petite envie de fuir !

J’ai aussi beaucoup aimé la deuxième nouvelle qui de son côté raconte la prétendue naissance de la carte de voeux par un certain Ferderber. L’homme serait ainsi recherché dans pas moins de quarante-deux états pour avoir ainsi crée un monstre incontrôlable.

Bref! Une écriture décalée et un peu absurde. J’ai adoré ! Et je reste avec cette pensée, peut-être pas si rassurante, que forcément un jour pour certains, le plus merveilleux Noël de leur vie, ce sera ce Noël de pandémie qu’on s’apprête à vivre. Comme quoi, tout est probablement relatif!

À glisser dans le bas de noël sans hésitation.

***

Vous aimez mes billets ? N’hésitez pas à les partager sur vos réseaux sociaux. Ma maison est grande, il y a de la place pour la visite !

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Bombance et boustifaille: La cuisine d'Alexandre Dumas

Comme je le racontais hier, j’ai pensé joindre l’utile à l’agréable. Et, profitant de la période des fêtes et ses repas trop copieux à venir et de mon projet de calendrier de l’Avant, vous proposer mon Top-3 des[...]

La peur en Occident, Jean Delumeau

Quelle drôle d'année que ce 2020 qui s'achève n'est-ce pas ? Déjà, nous pouvons parier sans prendre de trop grand risque que nous nous rappellerons longtemps de cette année pandémique au cours de laquelle nous[...]

L'énigme de la chambre 622, Joël Dicker

Il y a plusieurs années, j'avais vraiment eu un énorme coup de coeur pour Joël Dicker qui avec son premier livre «La vérité sur l'affaire Harry Québert» avait fait une entrée fracassante dans le monde[...]

L'art d'aimer, Ovide

Je me souviendrai toujours d'une session particulière à l'époque où j'étudiais en littérature, alors que j'avais le début vingtaine. L'assemblage de mon choix de cours avait fait en sorte que j'avais du lire en[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.