Sans titre (parce que rien ne pourrait parfaitement décrire mon état!

La nouvelle courrait depuis des semaines sous forme de rumeur !

Voilà qu’aujourd’hui, nous enterrons au Québec ce qui faisait de nous un modèle dans le monde au niveau de la conciliation travail-famille. Mais surtout, au niveau de l’égalité hommes-femmes… 

Vous aurez peut-être deviné que je parle de la fin de l’accès aux services de garde à 7,30$, décision prise par un gouvernement de vieux croutons aux salaires faramineux bénéficiant de nounous à la maison! Un gouvernement pour lequel je n’ai pas voté mais que je dois subir !

Un gouvernement qui décidément, en veut aux femmes et aux familles !

Parce que je me suis démenée pour aller à l’université (des cours pour lesquels je me suis endettée!), que je me tue à travailler en même temps que j’ai un enfant, je suis aujourd’hui punie en tant que femme par un gouvernement qui va maintenant m’imposer encore plus parce que je ne suis pas sur l’aide sociale à me prendre le derrière chez-moi.

Tellement chanceuse d’être de la classe moyenne hein !

Parce qu’on s’entend, ce n’est pas difficile de faire plus de 75,000$ canadien, à deux, par année, sans pour autant être riche !

Parce que bien sûr, l’impôt nous en a déjà enlevé la moitié ! Et que sur ce qu’il reste de ma paie, je paie des taxes sur tout ce que j’achète! Et de l’intérêt sur mon toit ! Au bout du compte, je suis certaine qu’il m’en reste moins que ceux qui sont sur l’aide sociale justement !

Mais ça, on préfère l’oublier et presser le citron encore plus sous prétexte que je suis donc choyée d’être prétendument de cette classe moyenne qu’on dit privilégiée!

Oui je suis frustrée ! Il fallait que je le dise !

Désolée pour les lecteurs étrangers qui auront l’impression que clairement, les fils se sont touchés entre mes deux oreilles! C’est juste que vraiment, cette fois-ci cette nouvelle qui est tombée tel le couteau d’un bourreau sur nos têtes,   me laisse sans voix (même si vous avez peine à le croire en ce moment, à la lecture de ce billet !)

Au cas où vous voudriez savoir ce qui a déclenché cette montée de lait, c’est par ici.

Sans voix ! Vraiment!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

La fuck-it therapy: Au diable tout ce qui dépasse et déborde

Ce genre d'amie, on en a toutes une, non ? Sinon, je vous le dis, il faut absolument mettre ça illico sur votre liste de souhaits pour Noël. Vous savez ? Ce genre de personne[...]

Et mon weekend, bordel ?

Suis-je donc la seule qui ait cette impression de courir sans fin après mon temps comme une noyée qui cherche son air ? Chaque weekend, devant l'agenda de ma famille qui menace l'explosion chaque fois que[...]

À trop en faire

Je ne sais pas pour vous - ni même d'ailleurs si cela est caractéristique de la période des fêtes ! - mais il me semble être toujours à court de temps.  Pas vous ?  Entre[...]

Se pourrait-il que nous soyons devenus des parents obsédés de présence ?

Crédit: Photo-libre.frVendredi dernier, alors que dans ma vie c'était le chaos, ma cousine donnait le jour à une magnifique petite fille qu'elle et son conjoint ont prénommée Béatrice. Comme quoi, même un vendredi 13, de belles[...]

L’éternel sentiment de culpabilité des parents…quand on se compare, on se console

Parfois, je me dis que devenir parents, c’est un peu comme d’accepter soudainement d’entrer dans un monde constitué de paradoxes. D’une part, vous constaterez que jamais plus votre vie ne vous appartiendra totalement. Mais surtout, il[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.