Tergiversations

J’ai cherché l’espace d’un moment le titre de la présente chronique pour réaliser qu’aucun autre ne conviendrait mieux que le simple mot « tergiversation » qui est à mon avis le meilleur portrait du sentiment qui m’habite en ce moment….
Ne vous avais-je pas dit que je partagerais avec vous le processus d’écriture de mon roman ?
Ainsi donc, aujourd’hui je me suis payée le luxe d’une journée de congé, me disant que je l’utiliserais pour entamer officiellement mon projet. Projetant même d’avoir un premier jet du livre pour la fin de l’année.
Comme quoi, il faut ce qu’il faut !
Mais voilà ! Depuis ce matin…j’ai cuisiné des muffins pour ma mère, mis en marche la lessive, passé un moment à prendre mes courriels puis à fouiner sur Internet. J’ai lu mon journal…
Ah oui ! J’ai aussi parlé avec ma mère au téléphone !
Enfin bref ! Rien pour être fière de moi !

Néanmoins, j’ai l’impression de baigner dans la paralysie la plus totale en ce qui concerne l’écriture de mon livre qui pourtant, occupe toutes mes pensées !

Le problème c’est que je ne sais trop par quel bout prendre tout cela ! D’autant plus qu’avec cet événement que m’a raconté ma mère ce matin à propos de ma grand-mère Jeanne (une vieille histoire bien sur !) je me demande soudainement « Et si cette histoire de mon arrière grand-mère Lucienne qui aurait selon la légende familiale abandonné ses enfants pour venir se prostituer à Montréal n’était qu’une histoire inventée ? »
Loin de moi l’idée de vous dire ici que j’ai inventé toute cette histoire (Dieu que j’aurais aimé que ce ne soit qu’une invention de ma part !) Simplement, me saute aux yeux l’évidence que je ne sais pas tout sur mon histoire familiale et que quelques mailles de l’histoire doivent assurément m’échapper pour comprendre les motivations de chacun…
Voyez vous, je suis dans le cirage le plus total !

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

À la recherche de soi

Certaines personnes pourraient penser que je suis ce qu'on pourrait appeler une « superwomen », partagée entre travail, enfants (le petit garçon que j'ai, la petite fille que j'ai perdu), mari, amis, mère malade, famille[...]

Libérées, le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale, Titiou Lecoq

Les derniers mois, je dois l'avouer, j'étais tellement fatiguée que juste l'idée de me plonger dans un livre et la chose m'apparaissait comme rien de moins que hors de ma portée. La  concentration à zéro[...]

Là ou le mystère s'épaissit

Lucienne, la toute jeune épouse de Dollard m’apparaît comme une totale énigme ! Née en 1908, on sait peu de choses d’elle sinon qu’elle épousa mon arrière-grand-père à St-Charles-de-Limoilou, en juillet 1923. Calqua-t-elle son humeur[...]

Laisser aller

C'est difficile n'est-ce pas de laisser voler nos enfants de leurs propres ailes? Cela en sachant très bien qu'ils tomberont parfois. Parce que la vie est ainsi faite n'est-ce pas que nous tombons tous un[...]

Magie vous avez dit ?

Il neige, il neige, ce matin sur Montréal ! Et oui ! Ça y est ! Il est effectivement fini le déni n'est-ce pas ? Car avec une bonne petite bordée en train de nous tomber dessus,[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.