Tout se joue avant 8 heures, Hal Elrod

Quiconque gravite dans mon entourage immédiat sait au moins une chose de moi; soit que chaque matin, et cela depuis un peu plus de deux ans, je saute du lit aux aurores, et cela dès 4h30. Devançant ainsi nul autre que le soleil lui-même!

Une pure folie d’après ce que je peux lire dans bien des regards !

Aussi, chaque fois que je révèle ce «travers» à une nouvelle personne, c’est inévitable! Je passe invariablement pour une extra-terrestre tant il semble évident pour une grande partie de l’humanité qu’il soit comme un peu contre nature de se lever d’aussi bonne heure!

Qu’importe !

Je n’abandonnerais pour rien au monde ce moment béni au cours duquel je suis en tête-à-tête avec moi-même ! Un moment au cours duquel, comme je l’ai d’ailleurs déjà évoqué dans ce blogue, je me permets de lire mon journal, de siroter un ou deux lattés, et de réfléchir. Mais d’écrire aussi. Des billets de blogue, des bouts de mon livre, des idées sans titre, sans sujet, sans but, que je finirai bien par caser dans le bon projet. Le bonheur total alors que la femme, la mère, l’employée, l’amie (name it!) que je suis se retrouve alors comme dans ce que je pourrais qualifier de petite bulle dans laquelle personne ne lui demande rien !

Un moment qui par ailleurs, me donne l’impression à moi, d’être parvenue à créer rien de moins qu’une 25ième heure !

Clairement, rien de moins que le secret le mieux gardé de l’univers à ce qu’il me semble !

C’est pourquoi en tombant sur ce livre – «Tout se joue avant 8 heures», de l’auteur Hal Elrod – je n’ai pu m’empêcher de me dire que j’aurai pu – et tellement du! – l’écrire moi-même ce bouquin tant il me semble être une fan finie de cette idée! Car à mes yeux, ce moment un peu hors du temps, c’est rien de moins que l’équivalent du Saint-Graäl !

Et oui ! Rien que ça !

Bref, dans son livre (puisque c’est du siens dont on parle ici!), l’auteur Hal Elrod raconte à quel point cette idée de se lever aux aurores a pu changer sa vie ! Littéralement ! Ce moment lui ayant notamment permis d’écrire son livre. Ce qui nous en conviendront, n’est pas rien !

D’office, l’auteur rapporte ainsi que selon des statistiques présentées par l’administration américaine de la sécurité sociale, seuls 5% des américains osent prétendre au moment de partir à la retraite qu’ils soient parvenus à se créer une vie de liberté. Alors que les autres 95% devront plutôt lutter jusqu’à la fin de leurs jours, regrettant de n’être pas parvenus à créer la vie qu’ils auraient souhaité.

Bien sur, on parle d’américains ici. Mais j’ose imaginer que ce soit là une réalité malheureusement pas mal répandue dans notre monde moderne…

Mais néanmoins des chiffres effrayants à ce qu’ il me semble aussi !

N’empêche, c’est un peu de cette constatation qu’est venue cette volonté de l’auteur de démontrer à quel point cette «folie» de se lever plus tôt le matin pourrait bien être le plus beau cadeau que l’on puisse se faire à soi-même. La meilleure occasion de provoquer les choses, de créer des occasions, de faire plus avec sa propre existence. Et cela, en consacrant justement ce moment matinal à réfléchir à ce que l’on veut vraiment. À lire. Écrire. Entre autre.

Bref ! Ce temps dont on se plaint constamment de manquer. Et qu’il nous pousse à prendre.

La méthode qu’il propose ? En résumé, celle qu’il appelle les Life S.A.V.E.R.S.

Soit Silence. Affirmations. Visualisation. Exercice. Reading (lecture). Puis Scribing (pour écriture).

Une méthode qui dans le réel pourrait ainsi se traduire, chaque matin, par ce moment au cours duquel on commence sa journée en prenant le temps de méditer dans le silence, d’écrire les idées qui montent à notre esprit dans un journal, réfléchir à ce que l’on veut réaliser, vivre, obtenir, être dans sa propre vie…

Pour ma part, je n’irai jamais jusqu’à prétendre que c’est facile tous les matins de me lever aux aurores! Toutefois, le bénéfice que j’en retire personnellement me semble, jour après jour, justifier à la puissance mille cette décision qui semble condamnée à faire de moi une mésadaptée sociale.

La vérité étant que j’aurais beaucoup de difficulté à m’en passer maintenant !

Convertie vous disais-je ? Tellement !

Et vous ? Vous avez aussi décidé de prendre le temps ?

*****

«Tout se joue avant 8 heures», Hal Elrod, First Édition

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Le jour ou j'ai appris à vivre, Laurent Gounelle

«Si chacun était conscient de l'immense valeur qui est la sienne, c'est toute la face du monde qui serait changée. Mais l'on vit dans une société où l'on dit rarement aux gens le bien que[...]

Brève histoire des épidémies au Québec, Denis Goulet

Pendant mes vacances, je suis passée à travers un bijou de petit bouquin que j'ai trouvé vraiment très prenant et instructif dans ce contexte actuel de pandémie auquel nous sommes confrontés avec la Covid-19. Le[...]

Maya Angelou, la femme aux milles vies

« Si tu t'efforces toujours d'être normal, tu ne sauras jamais à quel point tu peux être exceptionnel » (-Maya Angelou) Maya Angelou, non mais quelle femme inspirante! Je suis un jour tombée par hasard sur une entrevue qu'elle[...]

Une Éducation, Tara Westover

Il y a des livres parfois qui se révèlent être des gros coups de cœur. Celui-ci – «Une éducation» de Tara Westover – est décidément tout en haut du Top 10 de mes lectures les plus marquantes[...]

Les plaisirs hivernaux ne sont pas toujours ceux que l'on pense...

Trouvez-vous comme moi que janvier, avec ses gros flocons, donne envie de se blottir confortablement dans sa doudou avec un bon livre ?    Ou d'aller voir un bon film au cinéma ? Moi si ! En ce[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.