10 (autres) choses qu’on ne fait plus de nos jours

Pixabay

Ce billet que j’ai mis en ligne il y a quelques semaines vous a fait sourire ? Voilà que j’ai pensé revenir à la charge avec dix autres choses qu’on ne fait plus de nos jours!

Parce que la vie étant ce qu’elle est: ce qui constituait notre quotidien il y a dix ou vingts ans…on l’a oublié depuis longtemps ! Comme ces vieilles disquettes que l’on prenait soin d’étiqueter pour ne pas perdre de vue leur contenu. Avant de les oublier dans le fonds d’un tiroir.

  1. Découvrir une pellicule oubliée depuis les dernières vacances dans notre appareil photos. Et la plupart du temps, ce n’était pas plus mal car une fois qu’on finissait enfin par les faire développer, c’était pour se rendre compte qu’apparaissait un gros doigts dans un coin ou  l’autre, que la photo était floue, mal cadrée… Ou lorsque ça nous avait pris trop de temps, se dire « Mon Dieu, qui est cette personne sur ma photo ? »;
  2. Et parlant photos, on ne prend plus le temps de faire d’albums souvenirs. Parce qu’aujourd’hui, armé de notre téléphone intelligent, on peut tout prendre en photo, de son assiette au restaurant à cette fille un peu bizarre dans le métro qui semble tout droit sortie d’un vieux film des années quatre-vingts avec son toupet en éventail. Le grand nuage est remplis de millions de photos qu’on oublie en un clin-d’œil avoir pris un jour ou l’autre. Tant pis pour l’arrière-petite-fille ou le neveu de la troisième génération après nous qui ne découvrira jamais, abandonnées dans un vieux grenier, ces photos vieillies;
  3. Recevoir chaque année, en deux tomes, les pages blanches et jaunes des numéros de téléphones de tous les abonnés de la ville.  Des forêts entières saccagées pour le plaisir de voir figurer au bottin son numéro de téléphone. Au cas ou quelqu’un chercherait à nous joindre;
  4. Arriver en retard à un rendez-vous parce qu’on s’est perdu. Parce qu’aujourd’hui, avec les GPS, il faut être un peu plus créatifs pour expliquer un retard;
  5. Passer son dimanche à attendre le lundi pour pouvoir courir au magasin faire l’achat de cette envie qu’on s’est soudainement créée. Parce que dans le temps, les magasins étaient purement et simplement fermés le dimanche. Aujourd’hui, il est possible de commander jour et nuit sur internet, du nécessaire à l’inutile;
  6. Chercher la signification d’un mot dans le dictionnaire. Parce qu’aujourd’hui, lorsqu’on s’interroge sur le sens d’un mot, il suffit d’aller sur Google ou Wikipédia et on obtient une réponse en moins de temps qu’il n’en a fallu pour se poser la question.  Tant pis si la réponse obtenue n’est pas exacte ! Nous on est passés à un autre appel;
  7. Attendre semaine après semaine pour connaître le dénouement de notre série télé préférée. Parce qu’aujourd’hui, la plupart des chaînes proposent aux abonnés payants de pouvoir visionner (parfois en rafale), tous les épisodes d’une saison…avant même la diffusion officielle à la télé. Adieu surprise pour les autres alors qu’il faut se faire ermite pour parvenir à éviter de se faire jeter au visage que tel personnage, et bien, il est mort décapité au troisième épisode !
  8. Le pain tranché coloré… en rose ou bleu. Je ne sais pas si ce n’était que dans mon fonds de campagne cette affaire-là mais lorsque j’étais enfant, quelque part dans les années soixante-dix, on retrouvait dans les épiceries pendant la période des fêtes le pain tranché en version… colorée. Un sandwich à la salade de poulet sur du pain rose, ça vous fait envie ? Non merci ! Mais il y a quelqu’un un jour qui a pensé que ce serait vendeur ! « Étonnamment », je n’ai comme pas l’impression que ça ait fait fureur cette affaire-là!
  9. Et parlant nourriture, les pommes de terre…en flocons. On y ajoutait de l’eau ou du lait, et nous obtenions une « magnifique » purée de pomme de terre. Hum! Je n’en ai personnellement pas revu depuis des décennies…mais le tragique de l’histoire c’est que je crois que ça existe encore. Misère!
  10. La confection de bonbons aux patates pour les enfants, surtout pendant le temps des fêtes.  Dans mon souvenir, c’était délicieux. Souvenir qui s’est un peu gâté toutefois lorsque j’ai tenté l’expérience d’en refaire dans l’espoir de faire découvrir cette « merveille » à ma belle-famille qui ne connaissait pas cette gâterie ne contenant que trois ingrédients: une pomme de terre, du sucre à glacer et du beurre d’arachides. Bref ! C’est pour les enfants !

Continuer la lecture de « 10 (autres) choses qu’on ne fait plus de nos jours »

10 choses qu’on ne fait plus de nos jours

Pixabay

Lorsque mon grand-père est décédé en 2010, j’ai pris conscience à quel point il avait pu en voir des choses. Né au début des années 1920, il est en effet passé de la vie à la campagne ou l’on ne se déplaçait qu’en charrette à la fin du fameux téléphone à roulette.

Aujourd’hui, au moment ou décidément, tout semble s’accélérer, j’ai pensé faire cette liste – non exhaustive – de ces dix choses qu’on ne fait plus aujourd’hui ! Et que, sans toutefois avoir deux cent ans, j’ai pour ma part connues dans ma vie.

Continuer la lecture de « 10 choses qu’on ne fait plus de nos jours »

Histoire de…s’en souvenir

Crédit: Adjudant Maître à la retraite, Jamie McCaffrey

Novembre, on a beau dire, ça rime toujours un peu avec grisaille, déprime et…envie de s’exiler !

N’est-ce pas le mois des morts après tout ?

Mais voilà, c’est aussi, à chaque année au même moment, cette période ou on peut rencontrer un peu partout sur notre route, ces anciens combattants qui ont fait une guerre ou une autre et qui pour souligner le Jour du Souvenir le 11 novembre, offrent aux passant des coquelicots à accrocher à nos manteaux…

Histoire de dire « Je m’en souviens ».

Continuer la lecture de « Histoire de…s’en souvenir »

Retour aux vraies affaires

 

Crédit: IStock

Plus que trois paies avant Noël ! Vous l’avez sans doute déjà entendue cette petite phrase en apparence banale.

Mais qui chaque fois que je l’entends, à immanquablement pour effet…de me stresser !

Si je vous disais que certaines collègues de travail avouent avoir déjà terminé leurs achats de Noël !?! Et oui ! Alors que nous ne sommes même pas encore à la mi-novembre ! Et alors que pour ma part surtout, même si c’est habituellement mon genre de me vouloir « stratégique » en débutant mes achats quelque part en septembre…je n’ai pour le moment même pas commencé !

Pire encore ! Je n’y ai même pas encore songé !

Continuer la lecture de « Retour aux vraies affaires »

Négociation serrée un 29 février

Les anémones sauvages (c) 2010 Pierre-Alain Bourquin,
PABVision.com 

Une fois tous les 4 ans, le calendrier nous fait cadeau d’une journée supplémentaire…

Mais saviez-vous que selon la tradition, le 29 février les femmes peuvent se permettre toutes sortes d’initiatives romantiques ? Ainsi, selon une coutume qui remonte à l’Irlande du Vème siècle, Sainte Bridget se plaignait tant du fait que les femmes étaient obligées d’attendre une hypothétique demande de leur futur mari que Saint Patrick entendant sa requête, déclara le 29 février comme ce jour ou la femme pourrait désormais demander son homme en mariage.

Une bonne nouvelle que je me suis empressée de faire suivre à ma collègue Loulou qui s’acharne depuis vingt ans à tenter de convaincre son homme de convoler… En vain !

Devant son air pas tout à fait convaincu, je l’ai aussi informée de cette loi écossaise qui stipule quant à elle que si un homme refuse de prendre pour épouse une femme qui lui fait sa demande un 29 février, il doit s’acquitter d’une dette… Qui dans certaines régions consiste à offrir douze paires de gant à la belle… De façon que celle-ci puisse cacher sa main sans bague de fiançailles…

On prend des notes les filles 😉

Sainte-Catherine ?

Photo: IStock

Aujourd’hui, en cette veille du 25 novembre, jour de la Sainte-Catherine, une chronique «out of the bleu» !

Car le saviez-vous ? Catherine d’Alexandrie aurait été, selon la légende, une martyre ayant subi le supplice de la roue à Alexandrie (des heures de plaisirs, je ne vous dis pas !).

C’était le 25 novembre 307.

Elle est ainsi devenue la patronne, notamment, des jeunes filles vierges. Et c’est ainsi que depuis le Moyen âge, les «Catherinettes» sont fêtées le 25 novembre, dans ce qui constitue néanmoins une tradition ayant pratiquement disparue de nos jours.

Au début du 20e siècle, les Anglaises invoquaient la sainte à peu
peu près en ces mots:

«Sainte Catherine, sainte Catherine, aide-moi. Et promets de ne pas me laisser mourir célibataire. Un mari, sainte Catherine, un bon, sainte Catherine; mais plutôt un que pas du tout.»

Peut-être est-ce là je l’imagine ce qui a foutu une trouille bleue à ma mère qui, voulant sans doute être certaine de conjurer le sort, s’est mariée trois fois 😉 Mais ce n’est ici que pure spéculation, bien sur !

Blague à part, une Catherinette (ou Catherine) est une jeune femme célibataire, âgée de 25 ans ou plus. La tradition voulait qu’une Catherinette habille et coiffe la statue de Sainte Catherine le 25 novembre. La coiffe de la statue était par ailleurs changée chaque année.

Au Québec, on attribue à Marguerite Bourgeois (XVIIe siècle) l’invention de la tire Sainte-Catherine, sucrerie destinée aux enfants, et que je me souviens avoir dégutées lorque j’étais plus jeune. Il fallait voir alors l’ardeur de ma mère et de ses soeurs a étirer cette tire….

L’expérience vous dit ? Voici la recette de cette fameuse tire Sainte-Catherine 😉

2 tasses de cassonade blonde
1/2 tasse d’eau
1 c. à soupe de sirop de maïs
1 tasse de mélasse
1/2 tasse de beurre doux
Un thermomètre à bonbon.

Il faut d’abord faire cuire le mélange jusqu’à ce que sa température atteigne 260º F.

Pour vérifier la texture, mettre une goutte du liquide bouillant dans un verre d’eau : si celle-ci forme une boule, ça y est : c’est prêt.

Étendre la tire dans une lèchefrite beurrée et la laisser refroidir de façon à pouvoir l’étirer sans se brûler. Et étirer, vous le ferez avec des mains que vous aurez préalablement beurrées jusqu’à ce qu’elle atteigne la blondeur désirée (la tire, pas les mains, vous l’aurez deviné ! 😉

Couper et mettre en papillotes.

Succès assuré !

Bonne journée 😉

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)

Follow by Email